Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

DEF : Les sujets ont fuité dans la nuit de dimanche à lundi

A voir l’atmosphère au niveau des centres d’examens de Bamako, la sérénité semble bien au rendez vous. En effet, certains élèves ont eu accès aux sujets à 4 h du matin soit une heure seulement après leur validation et leur mise en enveloppe.

Les épreuves du Diplôme d’Etudes Fondamentale (DEF) ont effectivement débutées ce lundi 5 juin et se poursuivront jusqu’au 7 juin. Mais avant d’atterrir sur les tables des salles d’examens, les sujets ont voyagé dans les mains des élèves.

Du sujet de rédaction à celui des mathématiques en passant pas l’histoire-géographie et l’anglais…, les postulants pour le secondaire ont tout vu avant de rejoindre la salle. Des élèves ont été aperçu nuitamment entrain de se dispatcher la précieuse pitance.

Le scenario n’est pas nouveau. Il se répète quasiment tous les ans. Pour couper cours au scandale, les autorités ont pris l’habitude de changer automatiquement les sujets. C’est bien loin d’être le cas cette fois car les épreuves ont démarré avec les mêmes sujets.

Notons que les postulants à la recherche du précieux sésame du D.E.F sont au nombre 258 102 candidats inscrits selon de le département de l’éducation, chargée de l’organisation des examens. Par rapport au nombre de candidats 2016 (234 693), il y a eu une augmentation, Soit de 9.97%. Les concurrents sont repartis dans 1890 salles.

Par David Dembélé

Dépêches du Mali

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017