Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Victoire des « aiglonnets » au Gabon : gros camouflet pour les fossoyeurs du football malien

Si ça ne  tenait qu’à eux, ces ‘‘garçons’’ qui viennent de rapporter le trophée, n’allaient pas participer à cette compétition internationale au Gabon. Eux ce sont les fossoyeurs du football malien. En effet, les acteurs de cette discipline sportive se livrent depuis plusieurs mois à des querelles d’intérêts et de positionnement jusqu’à attirer des sanctions internationales contre le Mali.

Le ministre Housseini Amion Guindo est pointé du doigt. « Son seul souci était le fameux décret de dissolution de la FEMAFOOT dont l’annulation a permis à ces jeunes d’être à ce stade aujourd’hui », soupire un acteur du football.  

Les aiglonnets sont tout de même victorieux de la CAN U17 dont la finale a été jouée ce dimanche 28 mai au Gabon.

On le sait bien, les nôtres ont failli ne pas participer à la CAN U17  pour cause de la suspension du Mali par la FIFA à la suite de la dissolution de la FEMAFOOT (Fédération  malienne   de Football) par le ministre des sports, Housseini Amion Guindo. Il a fallu l’implication des hautes autorités  pour que la FIFA lève sa suspension après l’annulation du décret de dissolution de la FEMAFOOT.

Cette victoire des aiglonnets est aussi celle de l’actuel gouvernement qui, dès sa mise en place en Avril,  a su apporter une solution à la crise qui sévissait au sein du foot malien depuis belle lurette.

Et de rappeler qu’avec cette victoire au Gabon (1-0 contre le Ghana), les aiglonnets ne font que garder leur titre. L’équipe cadette du Mali a remporté le même trophée en 2015 au Niger.

 

Par Dily Kane avec D Dem

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017