Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Assemblée Générale Elective de la FEMAFOOT : La cérémonie d’ouverture sous haute tension !

C’est sous une haute tension qu’a eu lieu la cérémonie d’ouverture de l’assemblée Générale élective de la fédération malienne de football. C’était le dimanche 8 octobre dans la salle de conférence du gouvernorat du District de Bamako.

La cérémonie d’ouverture était placée sous l’égide du Directeur de Cabinet du Ministre des Sports, M. Youssouf Singaré, qui avait à ses côtés les représentants de la CAF et de la Fifa.

Au cours de la présente cérémonie d’ouverture, tous les discours ont été sifflés, excepté celui du Maire de la Commune IV, M. Adama Bérété. Ce dernier a dans son discours d’ouverture indiqué que cette assemblée générale se tient à  un moment où le Mali a besoin de cohésion et de la paix. C’est pourquoi, il a demandé un dépassement de soi des différentes parties prenantes. Prenant la parole au nom de la CAF et de la FIFA, M. Veron Moussingo Oba dira que le football malien a été pris en otage par ses propres fils.

Quatre ans d’errance ! Le football a assez souffert ! S’est-il exclamé. Il faut que ça cesse, a-t-il martelé.  Pour M. Veron Moussingo Oba, cette assise de la FEMAFOOT a été convoquée dans les règles de l’art. Ces propos du représentant des instances dirigeantes du football africain et mondial n’a pas passé auprès de certains délégués qui lui ont fait savoir en  sifflant copieusement son discours.  Toutefois, il a invité les personnes qui contestent l’irrégularité de la présente assise de déposer des requêtes auprès des instances habilitées.

Agacé, M. Veron Moussingo Oba  a indiqué qu’il ne se laissera pas intimider par les menaces et les invectives.   Toute chose qui ne lui a pas permis d’aller au bout de son discours. Mais c’est le discours du président sortant l’Inspecteur Général Boubacar Baba Diarra qui a été le plus interrompu et les plus sifflé. Il a été applaudi par les uns et sifflé par les autres. Il a d’entrée de jeu indiqué que ce qu’il voit ne lui donne pas la fierté d’être un malien. Les invectives et les injures me coulent dessus a-t-il lancé.

D’après le Président sortant, c’est la fin de 4 ans de compagnonnage fait de souffrance mais aussi de joie. Compagnonnage au cours duquel des résultats tangibles ont été obtenus en dépit des adversités multiformes, a-t-il souligné.  Pour le  Président sortant, il n’est pas question d’exprimer quelque regret que ce soit. Car chacun doit prendre sa part de responsabilité.  Et M. Diarra de poursuivre «  en aucun moment je n’ai manqué à ce devoir d’engagement et d’honnêteté ».

C’est dans cet ordre d’idée qu’il est revenu sur la crise que traverse notre sport roi. D’après lui, la crise a été exacerbé par des tentations malicieuses que certains acteurs ont fini par tombés.  Cette crise a obéré tous les changements en cours a-t-il souligné.  Le Cabinet du Ministre des Sports, M. Youssouf Singaré a invité les délégués à tenir cette élection dans la paix et la quiétude.  C’est dans un sifflet indescriptible  fait par une partie de la salle consécutif à la prononciation du nom du ministre des Sports Housseini Amion Guindo que M. Singaré a déclaré ouverts les travaux de l’Assemblée Générale élective de la FEMAFOOT.

Déjà le ton avait été donné depuis le début de la matinée.  La police a fait usage des gaz lacrymogènes. En effet, la police a refusé l’accès aux locaux à l’un des candidats Salaha Baby qui n’avait pas de badge. La fédération l’aurait refusé. Certains des délégués qui lui sont proches n’ont également pas réussis des invitations par le comité Exécutif.  Une situation que ses supporters ont dénoncé en manifestant bruyamment. Ce qui a poussé  la police à faire usage des gaz qui auraient touché le candidat Baby.

La même tension s’est poursuivie dans la salle où  les délégués se sont lancés à des invectives et même des injures. Par  respect pour  nos lectures nos ne reproduiront pas ses inepties.  En tout état de cause, les comportements des délégués présents à cette assemblée générale élective n’honorent pas notre pays. Il appartiendra aux différentes parties prenantes de se montrer à la hauteur des enjeux. Sinon cette assemblée Générale sensée ramener la paix et la quiétude sera le point de départ d’une autre crise. Comprendra qui pourra.

A suivre

Abdrahamane Sissoko

Source: Le Pays

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017