Vendredi 03 Février 2023

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Règles sanitaires : Des cliniques sommées de se mettre aux normes

« Les structures sanitaires privées non conformes qui ne se mettront pas en règle après le délai donné, seront fermées », a prévenu la ministre de la Santé et du Développement social, Mme Diéminatou Sangaré.

Invitée de l’émission Mali « Kura taasira » sur la chaîne nationale du lundi soir, la ministre de la Santé et du Développement social Mme Diéminatou Sangaré a sommé les structures sanitaires privées non conformes, recensées par l’inspection de la santé de se mettre en règle. « Nous avons la liste de ces structures », selon Mme la ministre.

Sans donner de chiffre, elle affirme que l’inspection a révélé qu’« il y a beaucoup de structures privées qui exercent sans licences, en toute illégalité ». Certaines, souligne-t-elle, « ont la licence, mais font plus ce qu’on les autorise à faire ».

La ministre a rappelé que ces structures ont été sommées de se mettre en règle. Les structures qui ne se mettront pas en règle, le département va encore essayer de les rapprocher et les accompagner dans le processus, aux dires de l’invitée. Pour le cas des récalcitrants la ministre de la Santé n’est pas passée par 4 chemins : « si malgré tout ça, il y a rien. Ce sera la fermeture des structures », a-t-elle prévenu.

Et d’informer qu’il y a des tests qui sont dans le pipeline. « Il s’agit des conditions d’inscription aux ordres des professionnels de santé. On va tout juste sortir ce texte qui réglemente les choses et l’agence d’accréditation aussi va travailler dans ce sens ». A l’en croire, aujourd’hui, le département travaille en étroite collaboration avec les ordres et qu’« aucune licence n’est délivrée à une structure si elles ne respectent pas les conditions », a-t-elle rassuré. « Il faudrait que le personnel de santé à l’intérieur de la structure ait le droit d’exercer ».

Pour la ministre de la Santé et du Développement social, tous ces contrôles sont faits aujourd’hui. C’est pourquoi, dit-elle, maintenant les licences ne sont pas produites à une certaine vitesse. Le département prend le temps de tout réglementer. Elle a également annoncé l’organisation bientôt d’un atelier qui va parler de tous ces problèmes.

Kadiatou Mouyi Doumbia

Source : Mali Tribune 28 Mai 2022

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Lettre ouverte à messieurs les chefs d’État de la Cedeao

Messieurs les chefs d’État,

Avec toutes mes excuses et la déférence due à votre rang, j’ai à cœur de vous parler de la situation de crise multidimensionnelle qui sévit dans mon pays depuis janvier 2012, -près de 10 ans déjà- et de la lecture peu heureuse que vous, au sein de la Conférence des chefs d’État de la CEDEAO, en faites, avec une certaine altération des idéaux de notre organisation régionale d’intégration.

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Les nouvelles autorités de la transition peuvent-elles venir à bout de l’insécurité grandissante ?

13 Juillet


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit M. Nouhoum Togo, Président de l’Union pour la Sauvegarde de la République.

13 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2023