Samedi 20 Avril 2019
Bannière CPA

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Fausse couche : Un mal récurrent chez des femmes

Assez fréquente chez des femmes, la fausse couche est peu connue dans notre société, mais demeure l’un des problèmes récurrents de la santé de la reproduction et cause d’incompréhensions dans des couples.

A cet effet, elle est considérée comme une interruption spontanée de la grossesse durant les trois premiers mois, accompagnée ou non de douleurs au dos ou au ventre.

A Bamako, deux femmes sur dix ont entendu parler de la fausse-couche mais elles n’ont jamais connu ce phénomène. Pour en savoir davantage sur le phénomène, nous avons rencontré plusieurs dames qui nous ont livré leur avis.

“Je n’ai jamais connu une fausse-couche, j’en ai seulement entendu parler”, nous confie K. F, femme enceinte et mère de 3 enfants.

Quant à M. D, une nouvelle mariée, elle nous affirme qu’elle a vécu une fausse-couche. “C’est terrible. C’était ma première grossesse d’environ 2 mois et demi, j’ai eu des douleurs  intenses au niveau du ventre et peu après j’ai eu des saignements et Dieu merci j’ai eu le soutien de mon médecin et de mon mari”.

Si ce phénomène est récent pour certaines femmes, d’autres expliquent que c’était rare autrefois, comme Nana Diarra, une vieille de 63 ans et mère de 4 enfants. “A notre époque, on ne connaissait pas ce problème même si cela arrivait on se soignait avec des produits traditionnels et on n’avait pas de problème au sein de nos couples”. Pour cette interlocutrice, tous ces problèmes sont les conséquences des produits contraceptifs vendus à tort et à travers.

Selon Mme Traoré Djénébou Traoré, directrice générale et sage-femme à la clinique “Sognogo Bamunan” de Korofina-Nord, les causes d’une fausse-couche sont multiples. Entre autres, les grossesses non environnées ou (œuf clair) c’est à dire une grossesse où il n’y a pas d’activité cardiaque, les grossesses arrêtées, les infections vaginales.

Selon ses explications, les fausse-couches sont différentes les unes des autres. “Il peut y avoir des fausses-couches tardives allant de 4 à 5 mois et des fausse-couches spontanées”.

Pour Dr. Oumar Dicko, gynécologue au Centre de santé de référence de Korofina, les fausses-couches sont cause d’ordre maternel notamment les maladies infectieuses, ajoutant qu’elles peuvent être liées à la mauvaise fécondité.

Les fausse-couches, selon lui, peuvent jouer sur l’émotion maternelle et la psychologie de la femme. “Les symptômes possibles sont la perte de fluides, de sang ou de tissu par le vagin et des douleurs au niveau du ventre ou des lombaires. Un sentiment de tristesse ou de chagrin est également fréquent. Malheureusement, le processus de fausse-couche n’est pas réversible une fois qu’il est enclenché. Toutefois, des médicaments ou des interventions comme une dilatation du col de l’utérus et un curetage peuvent prévenir certains types de complications”, développe le gynécologue.

Awa Sogodogo 

Source : L'Indicateur du Renouveau 23 Oct 2018

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

UNESCO : Les journalistes de Reuters, Wa Lone et Kyaw Soe Oo, lauréats du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2019

Les journalistes du Myanmar Kyaw Soe Oo et Wa Lone sont les lauréats conjoints 2019 du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano, après recommandation par un jury international de professionnels des médias.

Lire la suite

Blog

Je suis dogon mais pas un génocidaire*

Ici c’est chez moi

Mes ancêtres sont venus de loin.

Du lointain Mandé, ils sont venus jusqu’ici.

Ils ne recherchaient pas de terres.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Un pays voisin du Ya Foy

18 Avril 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

19 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2019