Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Fin de la grève au Mali: le travail reprend, mais la vigilance demeure

Fin de la grève dans le secteur de la santé après 38 jours sans travail. Les personnels ont repris le chemin des différents hôpitaux, mais les syndicats restent vigilants en attendant l'entrée en vigueur des accords décrochés de haute lutte.

La grande majorité des revendications syndicales ont été accordées par le gouvernement après deux jours d'âpres discussions. « Il y a d'abord la prime de fonction spéciale, il y a la prime de garde, il y a la prise en charge à 100% des soins médicaux pour le personnel socio-sanitaire. Quand vous regardez la prime de fonction spéciale, qui a constitué un point de blocage, nous avons obtenu 100% de l'existence. C'est une augmentation de 100% », se réjouit Issoufi Maïga, secrétaire général adjoint du syndicat de la santé majoritaire, le SNS-AS-PF.

Les syndicats restent néanmoins vigilants. Ils ont l'habitude des promesses sans suite, disent-ils, et évoquent la précédente grève. Juste avant le sommet Afrique France en janvier, le gouvernement avait également cédé sur presque tous les points, sans jamais mettre en application les accords. « On a fait 48h de débats, du vendredi 13 jusqu'au samedi 14 pour aboutir à un résultat. C'est parce qu'on les a mis devant leurs responsabilités et devant les faits accomplis. On avait parlé de mépris, et c'est ce qui a fait qu'on est arrivé à 38 jours. Mais nous veillerons jusqu'à la mise en oeuvre de l'accord. L'accord est une chose, sa mise en oeuvre est autre chose », Issoufi Maïga.

Le nouveau ministre de la Santé doit effectuer une tournée des principaux hôpitaux aujourd'hui pour constater la reprise du travail.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La société civile

23 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Sénégal: la révision du code électoral fait polémique

23 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018