Samedi 25 Mars 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mali: la sécheresse à Gourma Rharous, dans le nord, inquiète les habitants

Le cercle de Gourma Rharous, dans de la région de Tombouctou, au nord, vit notamment grâce à l'élevage, mais la sécheresse actuelle représente une grave menace pour l'alimentation des animaux et, dès lors, pour la vie des habitants.

Parce que les pluies n'ont pas été abondantes cette année, les zones de pâturages et les mares sont très limitées. Dans une zone qui vit notamment de l'élevage, cette raréfaction des ressources inquiète.

Mohamed Youssouf Ag Ghalas est le président du Conseil de cercle de Gourma Rharous. « Les bêtes vont mourir, les gens qui les tuent vont mourir aussi. Un brin de paille pour les animaux ! Qu’est-ce qu’ils vont faire, ils vont mourir ? Ils vont tomber malades ? Si les bêtes sont mortes, les gens vont mourir. Il n’y aura plus à manger. Les gens paient leur manger par le prix des animaux. Les animaux sont morts. On ne peut pas vendre un animal mort ! »

Dès lors, tous les éleveurs se rabattent sur les mêmes sites, notamment dans la commune de Gossi. Les troupeaux affluent des cercles voisins, jusque même du Burkina Faso, assure le président du Conseil de cercle, qui craint que cette concurrence ne génère des tensions...

« C’est tellement surchargé que là où tu vas mettre tes animaux, l’autre viendra mettre ses animaux et ça risque de faire un conflit, qui touche des ethnies différentes, des couleurs et des langues différentes. Et ça donnera aussi l’occasion à tous les bandits de s’infiltrer », estime Mohamed Youssouf Ag Ghalas.

Ce que demande le président du Conseil de cercle de Gourma Rharous : une aide du gouvernement et de ses partenaires internationaux pour nourrir et abreuver les animaux, afin d'éviter une crise alimentaire et un conflit social.

Source : RFI

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Blog

GAO PLEURE PLEURE ET PLEURE

Dans ce récital poétique au relent mélancolique, Niaré Fatoumata Keïta égrène sa détresse. La poétesse, co-auteure de la « plusique », pleure Gao qui poursuit son décompte macabre au lendemain de l’attentat perpétré contre le Mécanisme opérationnel de coordination (MOC).

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Un vote de crise: définition

24 Mars


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

 [Vos réactions] La Libre Antenne

24 Mars

© Dépêches du Mali 2012 - 2017