Samedi 02 Mars 2024

Candidature pour les FDS : Dans l’univers des centres de dépôt des dossiers

Les concours de recrutement dans les différents corps des Forces de défense et de sécurité (FDS), lancés il y a quelques semaines, connaissent un fort engouement chez les jeunes.

 Pour certains, il s’agit de défendre la patrie engagée contre les forces du mal. D’autres veulent tout simplement sortir du chômage chronique. Nous avons fait le tour des centres de dépôt de candidature, devenus de véritables fourmilières. De jour comme de nuit

Une véritable scène de famille. Il est exactement 19h20 ce mardi 31 octobre à la devanture des locaux de l’Interpol situé au quartier Bamako-Coura en Commune III du District de Bamako. Des jeunes filles se regroupent autour d’un plat de Spaghetti pour le dîner. De l’autre côté de la rue une file indienne est formée. Chacun veut être parmi les premiers à déposer son dossier de candidature à la Police nationale. Mais l’opération commence le lendemain à 8h00.

Pas question de se décourager encore moins de se lamenter pour ces jeunes (filles et garçons) que nous avons rencontrés. «Il a fallu que le gouvernement décide de proroger la date limite de dépôt des dossiers et de rendre facultative la fourniture de l’une des trois pièces (fiche descriptive individuelle, carte Nina et carte d’identité) pour que je sois là», apprécie Aminata Coulibaly, la bouche à moitié pleine. Il n’y pas de liste établie par ordre d’arrivée, mais chacun sait à quoi s’en tenir. «Chacun connait pour le moment son poursuivant. Donc, il n’est pas question de s’inquiéter avant la nuit avancée», dit Abdoulaye Kéita, après avoir laissé échapper une bouffée de fumée de cigarette.

EN PLEINE NUIT- Pendant deux jours, nous avons suivi «l’aventure» nocturne de ces jeunes dans certains lieux de dépôt de candidature. Au-delà de quelques amertumes, l’engagement et le courage demeurent le leitmotiv de ces jeunes qui veulent coûte que coûte devenir porteurs d’uniforme. De la Police nationale à l’Armée de terre et de l’air en passant par la Garde nationale, la Gendarmerie et le Génie militaire, les candidats sont nombreux dans des centres de dépôt. De jour comme de nuit.

Il est 00h30, nous sommes sur un terrain de football au Badialan I (Commune III). Le lieu est noir de monde malgré l’heure tardive. C’est le lieu de dépôt des dossiers pour le corps des Gardes. Déjà, la liste établie par ordre d’arrivée ne tient pas sur trois feuilles A4. «Nous sommes à 300 enregistrés sur les listes. Si tu veux t’inscrire, tu amènes une feuille, parce qu’il n’y en a plus», confie Ousmane Sidibé, ce candidat qui s’est gaillardement proposé pour diriger la «troupe». Il prévient que l’appel commence à partir de 08h00. Ces centaines de jeunes n’entendent aucunement rater cette opportunité de déposer ce samedi leur dossier. C’est pourquoi, filles et garçons, ils se regroupent selon les affinités.

Pendant que certains installent leurs moustiquaires, d’autres se regroupent autour du thé. «Nous serons de meilleurs jeunes Gardes. Nous allons redorer davantage l’image de ce corps. Mon rêve a toujours été de porter le béret marron. C’est une fierté», s’exprime Amadou Cissé. 

À l’entrée du terrain de football se tiennent des petits commerces. Il y a des vendeuses de haricot, d’atiéké, d’arachide. Également, les gérants des parkings motos, des jeunes du quartier se frottent aussi les mains. «Je peux gagner par jour plus de 10.000 Fcfa en surveillant les motos des postulants», témoigne Adama Kouyaté, habitant au Badialan I.

Il est 3h30 devant le Commissariat de police du 1er arrondissement. Il y a moins d’ordre en ce point de dépôt des dossiers de candidature pour la Police. Ici, pas de liste par ordre d’arrivée, mais chacun connaît sa position. On constate moins d’ambiance par rapport à l’endroit réservé  à la Garde nationale. La fatigue se lit sur les visages des filles et des garçons. Certains prennent place sur leurs motos. Tandis que d’autres s’adossent aux murs. «Je suis contraint de renoncer à mes diplômes supérieurs pour postuler à ce concours. J’en ai marre de vivre au chômage», confie un candidat ayant requis l’anonymat. Notre interlocuteur avoue qu’il se porte candidat, non pas pour l’amour de l’uniforme, mais pour avoir un travail décent.

PROROGATION, UNE AUBAINE- Des photographes défilent dans les lieux de dépôt de candidature pour faire des photos d’identité à la minute pour les candidats. «Ils sont nombreux à ne pas avoir leur photo d’identité dans leur dossier. J’en profite bien avec mon appareil», se réjouit Alassane Diakité, rencontré ce mercredi au niveau de la Gendarmerie de Faladjè.

En effet, en raison de l’engouement affiché par la jeunesse à s’engager dans les Forces de défense et de sécurité, les autorités ont décidé, le vendredi dernier, de proroger la date limite de dépôt de candidature d’une semaine, c’est-à-dire jusqu’au 3 novembre. Concernant les dossiers de candidature à fournir, au lieu d’une copie légalisée de la carte Nina ou de la fiche descriptive individuelle et de la carte d’identité civile en cours de validité, il a été requis d’avoir iniquement l’une de ces pièces légalisées.  

Hier aux environs de 10 heures à Faladjè, des candidats assis à même le sol attendaient leur tour. Seules les candidatures masculines sont reçues ici à la Gendarmerie. «Je suis venu depuis mardi, on m’a donné un ticket de rang. Et c’est aujourd’hui (mercredi) que j’ai pu déposer mes dossiers», témoigne Ibrahim Sidibé. Mahamadou Sangaré reconnait que la facilitation accordée par le gouvernement au niveau des dossiers lui a permis d’être parmi les candidats pour la Gendarmerie. «J’ai eu tous les problèmes du monde pour me procurer de la copie légalisée de la carte Nina et de la fiche descriptive individuelle. Je n’avais que la carte d’identité civile. Je suis vraiment soulagé de déposer ma candidature», se réjouit-il.

Quant au niveau des sapeurs-pompiers de Sogoniko (Commune VI), selon les témoignages du directeur régional de la Protection civile de Bamako, 500 et 600 candidats sont enregistrés par jour. «Tout se passe sans problème. Les candidats respectent les consignes. Et nous travaillons de 6h30 à 18h», révèle le colonel Adama Diatigui Diarra, ajoutant que la décision de prorogation du gouvernement a apporté plus d’engouement.

HALTE AUX SPÉCULATEURS- Afin d’éviter la spéculation au niveau de l’obtention des dossiers administratifs des postulants, le gouvernement a mis en garde tout contrevenant. Puisque des voix s’étaient élevées pour dénoncer des cas de hausse déloyale des prix fixés pour la délivrance des cartes d’identité civile, des casiers judiciaires, des certificats de nationalité, entre autres, dans les différents commissariats, mairies et tribunaux. Malgré des communiqués dissuasifs des autorités, certains ont voulu en profiter illégalement.

Ils en ont fait les frais. C’est ainsi qu’à Koutiala, le procureur de première instance de la localité, Oumar Alassane Kouyaté, a écroué à la Maison d’arrêt cinq personnes pour surenchère. Selon les enquêtes menées par la Gendarmerie, pour un casier judiciaire ou un certificat de nationalité délivré normalement à 1.500 Fcfa, les accusés cédaient ces documents aux demandeurs à 3.000 voire 10.000 Fcfa. Ces spéculateurs dorment actuellement en prison.

Oumar DIAKITE

Source : l’Essor

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Mon analyse personnelle sur le projet de constitution :

A prime abord, on remarquera que la constitution n’est pas nouvelle car elle ne met pas sur pied une nouvelle république mais elle  se contente de modifier la constitution actuelle en y ajoutant d’autres institutions.

Lire la suite

© Dépêches du Mali 2012 - 2024