Vendredi 03 Février 2023

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mali : Les magistrats en arrêt de travail de cinq jours

Le Syndicat autonome de la magistrature (Sam) et le Syndicat libre de la magistrature (Sylima) ont annoncé, dans un communiqué, lundi 29 novembre 2022, qu’ils vont observer un arrêt de travail de cinq jours allant du 29 novembre au 05 décembre 2022 sur toute l'étendue du territoire national.

Outre cette action, les hommes en robe ont également décidé de boycotter de toutes les activités organisées par la Cour suprême y compris la rentrée judiciaire 2022-2023. 

Les syndicats de magistrat évoquent une « intransigeance de la partie gouvernementale » pour expliquer « l'échec des négociations sur plusieurs revendications ». Il s'agit du retrait du projet de loi portant modification de la Loi n° 2016-046 du 23 septembre 2016 portant loi organique fixant l'organisation, les règles de fonctionnement de la Cour Suprême et la procédure suivie devant elle, pour violation de la Loi 002-054 du 16 décembre 2002 portant statut de la magistrature en ses articles 100 et 101.

S'y ajoutent la relecture de la loi 2002-054 du 16 décembre 2002 portants statuts de la magistrature qui est réclamée depuis sept  ans ainsi que le classement des juridictions réclamé sans succès depuis des années. 

Dans leur déclaration, les syndicats ont précisé avoir fait observer que le maintien, dans l'illégalité absolue, d'une dizaine de personnes ne peut pas régler la problématique du déficit des ressources humaines à la Cour Suprême ni à la magistrature de façon générale. 

Selon le communiqué, la proposition des syndicats de régler la question d'abord dans la Loi 2002-054 du 16 décembre 2002 portant statut de la magistrature, qui définit la qualité même du Magistrat a été rejetée d'un revers de main. Car, a ajouté le document, à l'exception de la section des comptes, pour être membre de la Cour Suprême, il faut être d'abord et avant tout magistrat. 

Pour justifier ce rejet, ont expliqué les magistrats, le gouvernement a exprimé  sa volonté indiscutable d'adopter cette loi avant la fin de l'année aux fins de pouvoir garder des magistrats jugés indispensables pour l'existence de la magistrature malienne. 

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Lettre ouverte à messieurs les chefs d’État de la Cedeao

Messieurs les chefs d’État,

Avec toutes mes excuses et la déférence due à votre rang, j’ai à cœur de vous parler de la situation de crise multidimensionnelle qui sévit dans mon pays depuis janvier 2012, -près de 10 ans déjà- et de la lecture peu heureuse que vous, au sein de la Conférence des chefs d’État de la CEDEAO, en faites, avec une certaine altération des idéaux de notre organisation régionale d’intégration.

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Les nouvelles autorités de la transition peuvent-elles venir à bout de l’insécurité grandissante ?

13 Juillet


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit M. Nouhoum Togo, Président de l’Union pour la Sauvegarde de la République.

13 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2023