Mardi 25 Septembre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

SOUMAÏLA CISSÉ ENTEND RESTAURER L’ESPOIR

Il est 17 heures 05 au pied du Monument de l’Indépendance. Une foule diverse, avec énormément de jeunes, fait retentir l’hymne national du Mali et enchaîne aussitôt avec l’hymne de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) pour marquer l’arrivée de leur mentor, Soumaïla Cissé qui se lance, pour la troisième fois, à la conquête de la magistrature suprême. Tout de blanc vêtu, sourire aux lèvres, «Soumi Champion» est apparu confiant sur la scène installée devant le célèbre Monument de l’Indépendance. Là, l’attendaient, depuis des heures déjà, son épouse Assitan Traoré, son directeur de campagne, Tièbilé Dramé et un de ses fidèles lieutenants, Mme Demba Traoré.

Dans le public, il y avait des anciens ministres, des députés et surtout des militants surexcités. A l’occasion de ce grand meeting de lancement de campagne, Soumaïla Cissé a été présenté comme une alternance crédible, un rempart contre la désintégration de notre pays qui peine à sortir du gouffre. «La solution franchement, après réflexion, c’est Soumaïla Cissé», déclare Tièbilé Dramé, le directeur de campagne. Et d’ajouter : «C’est l’homme qui peut restaurer la paix au Nord et au Centre du Mali. Il sera un président qui va écouter les Maliens, un président qui voyagera moins et qui aura pitié de ce pays et de son peuple».

Tiébilé Dramé a remercié la multitude de partis politiques et d’organisations de la société civile qui soutiennent la candidature de Soumaïla Cissé. «Et ce n’est pas seulement les Maliens de l’intérieur, ceux de la diaspora ont donné le ton dès le début», a-t-il précisé, avant d’appeler les militants à aller retirer leurs cartes d’électeur et faire en sorte que «le 29 juillet soit le jour de la victoire».

«Merci d’être venus ici si nombreux pour l’alternance et la victoire », a déclaré Soumaïla Cissé. Pour celui qui entend restaurer l’espoir, notre pays est désormais devant un choix majeur : continuer sur le chemin actuel qui conduit à l’échec ou se redresser pour redevenir ce que le Mali a toujours été, un pays stable, uni et fier. Dans la foulée, il a commencé à ébaucher son projet, fondé sur cinq piliers, à savoir restaurer la paix et la sécurité du pays et l’autorité de l’Etat, instaurer un véritable dialogue entre tous les Maliens, mettre l’Etat au service des populations, donner aux jeunes et aux femmes la place qui leur est due, construire une économie performante et solidaire.

Comme il l’a déjà défendu à plusieurs reprises, Soumaïla Cissé promet de mobiliser tous les moyens permettant à l’armée de reconquérir les territoires perdus. Et sa gouvernance économique, dit-il, sera énergique, intraitable. Le candidat de l’URD a, par ailleurs, avancé l’idée d’une suppression totale des vignettes pour les engins. Porté par un public tout acquis à sa cause, il a invité ses soutiens à aller retirer leurs cartes et à être vigilants le jour du vote. «Cette élection est la vôtre, ne vous la laissez pas voler», a-t-il lancé, souhaitant une campagne calme et apaisée, avec un véritable débat démocratique.

Issa DEMBÉLÉ

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Délégation gondwanaise à l’ONU

25 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Afrique : Faut-il s’inquiéter des investissements chinois ?

25 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018