Samedi 18 Août 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Bamako : Les conducteurs de Motos tricycles (Katakatani) en grèves de 48 heures à partir de ce matin

Le célèbre chroniqueur Mohamed Youssouf Bathily  alias Ras Bath  a profité de son émission ‘’carte sur table ‘’, le mardi 6 février 2018, pour faire passer l’interview des conducteurs des motos tricycles.

Ceux-ci  prévoient une grève de 48 heures qui débute ce matin. Les raisons de la grève : la cherté du prix des vignettes et l’interdiction des Katakatani sur huit voies principales de la ville de Bamako.

Dans son explication, Daouda  Traoré, un des conducteurs  de motos Katakatani dévoile sans tabou les raisons de leurs grèves. Il a insisté sur la cherté du prix de la vignette.Il affirme que le prix de vignettes des motos tricycles (Katakatani) est le même que celui des véhicules. A ses dires, l’Etat n’a même pas fixé un prix unique pour ces motos tricycles. « Il n’y a pas un prix unique pour  les vignettes des motos Katakatani. Il y a une vignette qui coute 63 000 FCFA,  une autre qui coute 43500 FCFA  et  celle des vieilles motos coute 33000 FCFA », a-t-il révélé. Pour lui, tous leurs maux ont commencé récemment avec l’arrivée du président IBK  car au temps d’ATT, la vignette ne coutait que 12 000 FCFA ; en ce temps aussi, les conducteurs n’avaient aucun problème avec les policiers.

Au-delà de la cherté des vignettes,  les conducteurs de motos Katakatani se plaignent  de l’interdiction de leur circulation sur huit voies principales de la ville de Bamako. Elles sont entre autres : la voie qui mène à Sebenikoro ; la grande voie qui mène à l’aéroport ; le premier pond …

Quant au 2ème point, aux dires des conducteurs, ils n’ont accès qu’entre 10 heures et 15 heures. « Ces voies sont celles sur lesquelles nous avons beaucoup de marchés.Avec  cette interdiction, nous passons souvent  la journée sans même transporter une marchandise », a-t-il déploré.

Aux dires des plaignants, ces conditions que l’Etat leur impose obligent certains d’entre eux d’abandonner ce travail pour d’horizons inconnus. « Nous sommes 25 000 conducteurs de Katakatani dont 17000 chefs de Familles. Avec  cette cherté du prix des vignettes et ces interdictions, comment peut-on travailler et prendre nos familles en charge ?  », s’est-il interrogé.

Les points de réclamations

Aux dires de Daouda Traoré, leur premier  point de réclamation est la réduction du prix de la vignette des motos tricycles(Katakatani) à 15000 FCFA.  « Nous réclamons un prix unique ,15000 FCFA  pour toutes les motos tricycles, nouvelles comme vieilles », a déclaré le porte-parole des grévistes.

Le second point de réclamation, c’est   la liberté de circulation de ces motos Katakatani sur toutes les voies principales sur lesquelles elles sont  interdites et la résolution de leurs problèmes avec les policiers.

Boureima Guindo

Source : Le Pays 8 Fév 2018

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Abdoulaye Konaré, malien de l’extérieur, à propos du second tour de la présidentielle au Mali : « Si les maliens acceptent ce résultat fabriqué au nord, nul doute qu’IBK se fera remplacer en 2023 à la tête de l’Etat par son Karim Keita »

Blog

L’irrécusabilité du juge constitutionnel : Vers la naissance d’un Dieu au Mali !

« Le juge, gardien de la règle de droit, pacificateur social, protecteur des droits, régulateur des institutions autant de qualificatifs que l’on puisse accorder à un être humain fort et fragile fait de ténèbres, d’orgueil et d’erreurs

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

C'est quoi un facilitateur ? (rediffusion)

17 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Ibrahim Boubacar Keïta réelu

17 AOût

© Dépêches du Mali 2012 - 2018