Jeudi 21 Septembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Pour des perdiem non payés : Les groupes armés boycottent les travaux de sous-comités du CSA

La Plateforme et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) entrent à nouveau en rébellion pour une histoire de per diem non payés. Les mandataires des deux groupes au sein des sous-comités membres du CSA ont décidé de boycotter les travaux.

L’affaire fait grand bruit dans les rangs des partenaires techniques et financiers, à la Mission des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) et au Comité de suivi de l’accord (CSA) : les représentants de la Plateforme et de la Coordination refusent de siéger au sein des sous-comités.

Pour l’heure, ce sont deux sous-comités qui ont décidé en bloc de surseoir à leur participation aux travaux. Il s’agit du sous-comité développement économique et social et celui de politique institutionnelle.  La principale raison  de ce boycott collectif reste le cumul des per diem de plusieurs mois.

Selon une source proche du dossier, les hommes de la Plateforme et de la CMA reprochent aux PTF leur lenteur dans le règlement des avantages et primes liées aux activités de sous-comité. Après moult tractations, le versement d’un mois de per diem a pu être accordé aux représentants des deux mouvements signataires dans lesdits sous-comités.

Après avoir empoché les sous, les éléments de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et ceux de la  Plateforme ont encore refusé de participer aux travaux des deux sous-comités.

En clair, ils veulent avant de mener toute activité le paiement intégral de tous les arriérés de per diem. Ce mouvement d’humeur, assimilable au syndicalisme, intervient au moment où les travaux de la 20e session du CSA se déroulent. Une situation qui impactera sur l’agenda du CSA.

L’attitude qu’adoptent la CMA et la Plateforme face à l’argent agace au sein des bailleurs de fonds du processus de paix. Et au sein de l’opinion, une telle posture va à l’encontre des réalités sur le terrain.

Pendant que les responsables de groupes armés se battent pour des sous à Bamako, les populations sur place et dans les camps de réfugiés attendent un signal pour vivre en paix.

Alpha Mahamane Cissé

Source : L'Indicateur du Renouveau  12 Sep 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Rokia Traoré à propos de l’insalubrité à Bamako : « Que chacun nettoie devant sa maison ! »

« Je vis à Bamako, mes enfants vont à l'école à Bamako. La différence entre vous et moi c'est que j'ai de l'ambition pour Bamako, Je m'aime en tant qu'africaine et malienne. Je ne vois pas pourquoi la propreté devrait être exclusivement blanche ou européenne. Nous étions propres avant de rencontrer les blancs je crois.

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

Youssouf Maïga, PDG de l’OPAM

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La Cour de Récré à l'ONU

20 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] «La RCA a besoin de la Communauté internationale»

21 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017