Samedi 24 Août 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

La justice sud-africaine lance un mandat d'arrêt contre Grace Mugabe

L’ex-première dame zimbabwéenne, Grace Mugabe, est officiellement recherchée par la police sud-africaine. Elle avait échappé à la justice l’an dernier après avoir violemment agressé un mannequin qui se trouvait avec ses fils dans un hôtel de Johannesburg. Mais la donne a changé.

En août 2017, après avoir battu la jeune Gabriella Engels à l’aide d’une rallonge électrique, Grace Mugabe avait bénéficié d’une immunité diplomatique du gouvernement sud-africain. Elle avait alors fui en catimini au Zimbabwe.

Une injustice pour le président du lobby Afriforum Kallie Kriel. « La politique a joué un grand rôle, souligne-t-il. C’est parce qu’elle est une personnalité publique que des efforts ont été faits pour ne pas qu’elle soit poursuivie et qu’elle bénéficie d’une immunité diplomatique. »

La justice sud-africaine a jugé anticonstitutionnelle l’immunité diplomatique. Ce qui permet à la police de lancer ce mandat d’arrêt contre l'épouse de l'ex-président zimbabwéen pour « coups et blessures graves ». Mais pas encore de demande officielle d’extradition. « Elle peut être extradée en Afrique du Sud. Mais voyons ce qu’il va se passer, tempère-t-il. Je pense que ce serait dans son intérêt de venir témoigner et d’avoir cette affaire derrière elle. Mais puisqu’elle ne vient pas d’elle-même, je suis sûr qu’il y a des processus pour la forcer. »

Le porte-parole de la police sud-africaine a d’ailleurs demandé son aide à Interpol pour que Grace Mugabe puisse comparaître devant un tribunal en Afrique du Sud.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La transhumance politique [Rediffusion]

22 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

 [Vos réactions] La Libre Antenne

23 Août

© Dépêches du Mali 2012 - 2019