Samedi 21 Octobre 2017
Forum de Paris

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Kyoto Seika University au Japon: un Malien aux commandes

L’universitaire Malien Oussouby Sacko a été élu président de Kyoto Seika University. Ce professeur d’architecture entre dans l’histoire en devenant le premier Africain à diriger une Université japonaise.

Dans une interview accordée à ‘’This Is Africa’’, le Dr Sacko explique que l’assiduité au travail est la seule clé du succès pour réussir au Japon.

Selon Oussouby Sacko, pour conquérir une position aussi prestigieuse dans un pays qui n’a pas de liens culturels ou historiques avec son Mali natal, c’est surtout le travail et l’assiduité qui payent. « Il n’y a pas de secret dans le système japonais », a-t-il déclaré.

C’est en 2001 que ce natif de Bamako commence à enseigner dans cette université après avoir fait son Doctorat et une année en tant que chercheur associé à l’université de Kyoto. Depuis, il ne cessera de gravir les échelons, jusqu’à ce qu’il soit élu Doyen de Faculté des Sciences humaines en 2013.

Mais pour y arriver, il a dû briser certaines barrières. « Pendant toutes ces années, j’ai appris beaucoup de choses sur les Japonais et leur système. En même temps, j’ai essayé de développer mes propres moyens de collaboration avec les Japonais dans le travail. Il y a aussi le facteur langue qui est très important. Comprendre le japonais, c’est avoir des repères dans la culture japonaise. Pour survivre dans une culture qui n’est pas la tienne, tu ne peux pas toujours te permettre de penser sur la base de ta propre culture. Il ne faut pas faire de traduction directe dans le processus d’apprentissage et d’adaptation. Il faut chercher un système d’adaptation propre à cette culture étrangère », dit-il.

Et qu’en est-il du racisme ? Selon le responsable universitaire japonais, il y a des formes qui ne sauraient être le racisme.

« Il y a une certaine forme de discrimination dans le système japonais, qui ne peut pas être défini comme racisme. Les Japonais vivent avec des codes, qu’ils ont longuement partagés entre eux. Ils ne font pas de grande différence dans leurs approches entre Africains et Occidentaux, car ils ne nous connaissent que superficiellement. Ce qui les intéresse, c’est ta vitesse de compréhension, ton comportement vis-à-vis des autres et ton degré d’assimilation de leurs codes de vie », a-t-il expliqué.

Le système japonais, a expliqué le Dr Sacko, est assez ouvert à toute personne qui veut mieux faire.

« Il faut que le système sente qu’il a besoin de toi. Il y a aussi les manières d’approche, car les Japonais ne parlent pas beaucoup, mais observent. Il y a une certaine discrimination qui concerne tout le monde, Japonais ou étranger, mais qui ne peut pas être considéré comme du racisme. Le système japonais qui est basé sur le respect de l’âge et de l’ancienneté est très hiérarchisé. C’est à toi de comprendre et de t’adapter. Ils aiment travailler en groupe et en communication. La seule différence avec les institutions européennes est que l’individualisme trop poussé ne t’aidera pas à avancer dans le système japonais. Il faut toujours travailler en harmonie avec les autres, quelle que soit ta position hiérarchique », a-t-il expliqué.

Oussouby Sacko ne savait pas qu’il allait faire carrière au Japon, quand il a quitté son Mali natal pour ses études universitaires en Chine avec une bourse des gouvernements chinois et malien en 1985. Et c’est de la Chine qu’il visite le Japon et tombe sous le charme du pays.

« J’ai été impressionné par leur politesse, gentillesse et aussi par la propreté des espaces, petits ou grands. Je me suis dit que le Japon pouvait être une source d’inspiration pour nous Africains, car leur chemin n’est pas très loin des nôtres et leur système social n’est pas très étrange à nous ». C’est ainsi qu’il décida d’aller poursuivre ses études au Japon, « dans l’intention d’apporter leur technique et connaissance dans mon pays ». Mais il ne reviendra plus.

M. Sacko est convaincu que les Africains peuvent devenir aussi prospères que les Japonais s’ils adoptent le sérieux et l’intégrité qui caractérisent ces derniers « En Afrique, nous sommes riches dans beaucoup de sens, mais nous n’avons pas trop de sérieux dans le travail. Même si toi tu veux bien faire, les autres ne te suivront pas. On ne pense souvent qu’à soi, à son intérêt immédiat et de courte durée, alors que les Japonais pensent à des générations. Mais moi j’ai encore l’espoir dans l’Afrique, car nous avons nos principes de société, qui ne sont pas trop en contradiction avec le système dans lequel je vis actuellement. Il faut seulement se ressaisir et savoir ce que nous voulons nous-même et où nous voulons aller. Nous devons comprendre le rôle que nous voulons jouer dans le système global », a-t-il déploré.

PAR SIDI DAO

Source : Info-Matin 09/10/17

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Sory I Guindo à la FEMAFOOT : « Incapable de mettre sur pied un nouveau bureau, ils se chamaillent comme des gamins. Honte à vous ! »

Monde du football malien : Un mélange de torchons et de serviettes

Le tohu-bohu qui a émaillé l'élection du nouveau bureau de la FEMAFOOT nous oblige à sortir des tiroirs un article publié en 2006 par notre confrère Sory I Guindo. A lire absolument !

Lire la suite

Blog

 Modibo Koné :« Le Mali peut créer des millions d’emplois à travers l’Agriculture » 

Pour le Malien Modibo Koné, ni le sous-développement ni le chômage ne sont des fatalités. Le soldat du développement – comme il se définit – expose dans cette interview que nous publions en trois parties, sa vision sur les réformes nécessaires à la transformation de l’Afrique. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Manifestation ton pied mon pied

19 Octobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20  0ctobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017