Dimanche 24 Janvier 2021
Banniere SAma Money

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Niger: le bilan s'alourdit après l'attaque de deux villages dans l'ouest du pays

Au Niger, le bilan ne cesse d'augmenter après les attaques menées dans deux villages différents du département de Ouallam dans l'ouest du pays, dans la zone des « trois frontières », proche du Mali et du Burkina Faso. On parle désormais de 100 victimes.

Selon le maire de la commune de Tondikiwindi, qui administre les villages ayant subi les attaques, il y aurait pour l'instant 70 morts à Tchombangou et 30 à Zaroumdareye, des chiffres également confirmés à RFI par le gouverneur de la région.

Les deux villages sont situés à environ 120 kilomètres au nord de la capitale Niamey, dans la région de Tillabéry à la frontière du Mali et du Burkina Faso. Cette zone dite des « trois frontières » est une cible régulière pour les jihadistes.

Une vengeance suite à la mort de deux jihadistes

Le maire parle de deux colonnes de centaines de terroristes venus à moto. Selon des sources concordantes, ce raid serait une vengeance suite à la mort de deux éclaireurs des groupes, tués par les groupes d'auto-défense du village.

Ce dimanche après midi, une délégation officielle menée par le Premier ministre Brigi Rafini et le ministre de l'Intérieur Alkache Alhada s'est rendue sur place afin de « soutenir moralement les populations ». Le président nigérien Mahamadou Issoufou a présenté ses condoléances aux populations de Tchombangou et Zaroumdareye cet après-midi. Dans un tweet, il a qualifié ces attaques « de lâches et barbares ».

    « Cette attaque est un acte de répression contre la résistance que les populations ont manifesté contre les jihadistes. »

Alkache Alhada, ministre de l'Intérieur du Niger, sur l'attaque menée par des jihadistes qui ont tué au moins 100 personnes à Tchoumbabango et Zaroumdareye

Magali Lagrange

Le chef présumé de la bande est connu des services de renseignements

Outre leurs condoléances, les officiels ont apporté des vivres et des médicaments aux populations. Selon plusieurs soruces, tous les greniers de vivres des deux villages ont été incendiés par les jihadistes. Une véritable « politique de la terre brûlée », selon un observateur. Arrivés sur zone, plusieurs centaines de soldats des forces spéciales de l'opération Almahaou quadrillent le secteur. Des râtissages sont en cours.

Un officier général a décrit les terroristes comme « des gens déchaînés, violents et sanguinaires ». Il a ajouté : « Il faut les rechercher et les neutraliser. Il faut leur faire la guerre. » Même si ces attaques ne sont pour l'instant pas revendiquées, le chef présumé de la bande, Maii Touwo, est connu des services de renseignements militaires : il s'agirait d'un natif d'un village voisin, issu de la même ethnie que celle qu'il a fait massacrer.

Les habitants survivants de l'attaque ont, selon les autorités, massivement fui vers le sud et la ville de Mangaizé, à 40 kilomètres de là, en zone sécurisée. Là-bas, un dispositif d'accueil attends les rescapés. Alkache Alhada a lui annoncé qu'une compagnie militaire nigérienne va s'installer dans la zone où a été commis le massacre, afin de protéger les populations restantes. À la demande du président Mahammadou Issoufou, un Conseil national de sécurité se tient ce lundi matin.

« Nous avons trouvé des populations très courageuses, meurtries, qui ont montré beaucoup de dignité. »

Source: RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

 

Prévention et répression de l’enrichissement illicite au Mali : « La Loi N°2014-065 est une chance à saisir »

Pour Me Alifa Habib Koné, Avocat à la Cour et Auditeur, la Loi N°2014-065 portant Prévention et répression de l’enrichissement illicite au Mali est plus que jamais la panacée pour enrayer la lancinante spirale des biens mal acquis et le détournement subtil des biens du contribuable 

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Carte Nina : les nouvelles mesures concernant l’obtention des fiches individuelles sont-elles efficaces ?

19 Janvier


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit le Président du Front d'Actions pour la Région de Kayes (FARK) Mamedy Dioula Dramé

19 Janvier

© Dépêches du Mali 2012 - 2021