Mardi 24 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Guinée: les assassins du 28 septembre 2009 toujours pas jugés

Des ONG de défense des droits de l'homme se sont retrouvées jeudi 28 septembre 2017 à Conakry pour le 8e anniversaire des tragiques événements survenus le 28 septembre 2009 dans un stade de la capitale guinéenne.

Ce jour-là, 157 opposants avaient été massacrés par des soldats de la junte au pouvoir. Une dizaine de personnes haut placées ont été inculpées mais le procès tarde à venir.

Si le procès des meurtriers du 28 septembre 2009 tarde à venir, c’est qu’on se camouffle, selon les victimes, derrière une commission rogatoire - qui a toutes les chances de ne pas réussir sa mission d’interroger à Paris le général Sékouba Konaté - pour aller de report en report dans la clôture de cette instruction judiciaire.

Le général Sékouba Konaté, ancien chef de la transition en Guinée, a pourtant dit et répété qu’il ne répondra pas à la justice guinéenne. « Les victimes ayant estimé qu’on est en train de les rouler dans la farine concernant cette commission rogatoire, ont décidé de déposer plainte devant le parquet de Dixinn », a déclaré Me Hamidou Barry, avocat des victimes.

La date de clôture de l’instruction encore repoussée de deux mois

Ministre de la Défense de la junte au pouvoir au moment du massacre des opposants au régime, Sékouba Konaté doit témoigner. C’est pourquoi le ministre guinéen de la Justice Cheick Sakho a encore repoussé d'un mois la date de clôture de l’instruction de ce dossier du 28-Septembre.

« Vous savez, ça ce sont des discours politiques. Une procédure en instruction, on ne peut pas donner une date butoir au juge », remarque Me Hamidou Barry.

« Il y a certainement des personnes qui aimeraient voir l’échec du procès »

Le secrétaire général de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH), le Congolais Paul Nsapu, spécialement dépêché à Conakry pour assister aux festivités commémoratives, ne tient pas forcément à cette commission rogatoire :

« Nous avons besoin d’un procès et tout ce qu’on pose comme conditions - commission rogatoire, confrontation -, le procès pourra récupérer tout cela. Il y a certainement dans ce pays - ils ne sont pas nombreux - des personnes qui aimeraient voir l’échec de ce procès. » Voilà huit ans que les victimes réclament justice, en vain.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La société civile

23 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Sénégal: la révision du code électoral fait polémique

23 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018