Jeudi 17 Août 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Où le G5 Sahel va-t-il trouver l’argent pour doubler les effectifs de sa force conjointe ?

Les pays membres du G5 Sahel ont annoncé début juin qu'ils allaient doubler les effectifs de leurs forces conjointes, les faisant passer de 5 000 à 10 000. Leurs partenaires occidentaux se demandent où ils comptent trouver les fonds nécessaires.

Le 5 juin, à Bamako, les ministres des Affaires étrangères des pays membres du G5 Sahel ont annoncé que les effectifs de leur force conjointe passeraient de 5 000 à 10 000 hommes. Une annonce qui laisse leurs partenaires occidentaux circonspects. « Où vont-ils trouver ces 5 000 soldats supplémentaires ? Et, surtout, avec quels moyens ? » s’interroge un diplomate européen. Selon un ministre sahélien, le budget nécessaire est estimé à 400 millions d’euros. L’UE en a déjà promis 50.

Pour le reste, les membres du G5 Sahel comptent sur le soutien de leurs partenaires internationaux (Banque mondiale, FMI…) et misent surtout sur le prochain sommet des chefs d’État de l’organisation, le 2 juillet, à Bamako.

Selon un autre ministre sahélien, ils espèrent y obtenir un important soutien matériel et financier de la France, ainsi que de l’Allemagne. D’autres pistes (onusienne, américaine et chinoise) sont à l’étude, confie une source diplomatique, qui dit s’activer « tous azimuts ».

Opérationnelle le plus rapidement possible

Les chefs d’État du G5 Sahel souhaitent en outre que leur force conjointe de lutte contre le terrorisme soit opérationnelle le plus rapidement possible, même si celle-ci ne dispose pas encore des 10 000 hommes annoncés. Objectif : lancer les premières opérations avant la fin de l’année 2017.

Pour cela, les pays membres du G5 Sahel comptent d’abord s’appuyer sur les forces militaires des trois pays dits du « fuseau central » : le Mali, le Burkina Faso, et le Niger – lesquels avaient déjà amorcé un projet de force conjointe pour sécuriser leurs zones frontalières. « Des troupes sont déjà sur place le long des différentes frontières. Cela n’est donc pas compliqué de les mobiliser pour faire partie de cette future force », glisse un ministre d’un pays concerné.

Signe de cette volonté d’accélérer le tempo, le général Didier Dacko, jusqu’à présent chef d’État-major général des armées maliennes, a été nommé le 7 juin commandant en chef de la force conjointe du G5 Sahel. Selon des sources concordantes, le futur quartier général de celle-ci devrait d’ailleurs être installé à Bamako, le Mali étant considéré par tous comme le principal théâtre d’opérations

Source : Jeune Afrique 15/06/17

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Propos mémorables

« Une révision constitutionnelle ne vaut que par une adhésion populaire et consciente ». C’est par cette phrase vertueuse et oh combien sage, prononcée le 20 novembre 2001, que l’ancien président Alpha Oumar Konaré, renonçait au Referendum constitutionnel de 2002. Puisse cet esprit inspirer dans un contexte actuel bien plus tendu.   

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

La Parole aux miniers de Foroko

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Modification par référendum de la Constitution (rediffusion)

16 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Coulées de boue en Sierra Leone : plus de 300 morts et 2 000 personnes sans abri

16 Août

© Dépêches du Mali 2012 - 2017