Jeudi 21 Septembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Forum Invest in Mali 2017 : LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE LANCE LE COMPTE A REBOURS

Le Forum qui se tiendra les 7 et 8 décembre est conçu comme un rendez-vous international de l’investissement et de l’émergence du Mali

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a lancé, hier dans la salle des banquets du palais de Koulouba, le compte à rebours du Forum Invest in Mali qui se tiendra à Bamako les 7 et 8 décembre prochains.

Etaient présents à cette «rencontre de mobilisation» plusieurs membres du gouvernement, les représentants des forces vives, les chefs d’institution de la République, les présidents du Conseil national du Patronat du Mali (CNPM), de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, un parterre d’opérateurs économiques, les partenaires techniques et financiers et le doyen du corps diplomatique, l’ambassadeur de la Fédération de Russie.

En présidant cet événement organisé par le gouvernement avec le soutien de la Banque mondiale et d’autres partenaires, le chef de l’Etat tenait à manifester son engagement total pour sa réussite. Il s’agissait aussi d’exhorter l’ensemble des forces vives du pays, les membres du gouvernement, les opérateurs économiques à se mobiliser comme un seul homme pour que ce «rendez-vous international de l’investissement et de l’émergence du Mali» soit le plus grand succès possible en matière de promotion économique. «Il y va de notre survie, de notre présence au monde. Une présence que nous voulons de qualité», a déclaré le chef de l’Etat.

Pour ce faire, il est prévu, durant les deux jours des conférences et panels de haut niveau, des rendez-vous B2B sur mesure avec des acteurs économiques locaux et internationaux clés, des visites de sites, des échanges de haut niveau en présence du gotha économique et financier international, des espaces exposants et «un village des régions du Mali».

Le but est de faire du Mali, l’un des hubs économique de la sous-région ouest-africaine. La réalisation de cette ambition passe, selon les organisateurs, par «changer le narratif du Mali et la perception négative qui rendent presque invisible tous les efforts» consentis depuis le déclenchement de la crise en 2012.

A ce propos, le chef de l’Etat dira comme pour rassurer les investisseurs : «Le Mali revient bien, se sécurise et se sécurisera bien. Même notre secteur du tourisme en bénéficiera». Pour le président de la République, cet évènement offre aussi l’opportunité de procéder à « une transformation structurelle de notre économie pour plus de valeur ajoutée». Ce qui consolidera les acquis en matière d’assainissement du cadre macroéconomique de notre pays.

Ce carde, du reste est, selon lui, assaini. En atteste le taux de croissance annuelle qui est de l’ordre de 6 %. Aussi, aux 2 800 000 tonnes de céréales produites l’année dernière s’ajoute une production cotonnière record, plaçant le Mali derrière l’Egypte championne du secteur, s’est réjoui le président de la République. L’impact de ces performances ne sera véritablement perceptible que lorsque « nous songeons à la transformation de nos produits et de nos matières premières». Le chef de L’Etat a invité, pour ce faire, l’ensemble des acteurs économiques à se tourner de plus en plus vers l’agrobusiness.

Auparavant, le ministre de la Promotion de l’Investissement et du Secteur privé, Konimba Sidibé, avait indiqué que dans le cadre de la stratégie d’accélération de l’émergence, le Mali a priorisé quatre secteurs d’activités clés : l’agriculture, l’élevage, les infrastructures, et l’énergie.

Mais, attirer les investissements est, selon lui, un défi sur un marché mondial très concurrentiel. Chalenge que le gouvernement compte relever grâce à l’organisation de ce forum qui changera la perception sur la destination Mali.

Notre pays souffre des perceptions négatives sur sa destination, confirmera le directeur général de API-Mali, Moussa Ismaïl Touré. L’urgence, selon les audits de perception que sa structure a recommandés, est «de changer le narratif» du Mali à travers l’organisation d’un tel forum qui donne l’occasion aux investisseurs de venir au Mali et de s’imprégner de ses réalités qui sont différentes des images que certains s’évertuent à lui coller à la peau. Une telle rencontre permettra aussi accélérer les réformes du cadre des affaires.

Intervenant à son tour, le doyen des diplomates avait demandé à ses collègues ambassadeurs de mobiliser les investisseurs de leur pays. Alexeï Doulian avait affirmé que ce forum est d’une importance capitale dans la promotion des investissements privés et le développement au Mali. Car, les investissements sont nécessaires pour le redressement du pays, sa stabilité économiques et sociale, surtout que le Mali regorge de potentiels susceptibles d’attirer les investisseurs, avait-il conclu.

Après s’être réjoui de prendre la parole au nom du secteur privé, Mamadou Sinsy Coulibaly a témoigné de l’engagement du Patronat pour l’organisation et la réussite de ce forum. Le patron des patrons maliens a profité de l’occasion pour soulever des problématiques dont la résolution permettra de booster davantage les investissements au profit de notre pays.

M. Coulibaly a, par exemple, exhorté les pouvoir publics à donner à l’Agence pour la promotion de l’investissement (API-Mali) toute son autonomie, afin qu’elle puisse jouer pleinement son rôle.

Cheick M. TRAORE

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Rokia Traoré à propos de l’insalubrité à Bamako : « Que chacun nettoie devant sa maison ! »

« Je vis à Bamako, mes enfants vont à l'école à Bamako. La différence entre vous et moi c'est que j'ai de l'ambition pour Bamako, Je m'aime en tant qu'africaine et malienne. Je ne vois pas pourquoi la propreté devrait être exclusivement blanche ou européenne. Nous étions propres avant de rencontrer les blancs je crois.

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

Youssouf Maïga, PDG de l’OPAM

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La Cour de Récré à l'ONU

20 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] «La RCA a besoin de la Communauté internationale»

21 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017