Vendredi 03 Février 2023

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Affaire de profanation des symboles de l’islam au Mali : Ousmane Madani Haïdara appelle les musulmans à se mobiliser ce vendredi et à rester derrière la justice.

Comme la majorité de la communauté musulmane vivant au Mali, le président du Haut Conseil Islamique, Chérif Ousmane Madani Haïdara, a exprimé son émotion suite à la profanation des symboles de l’islam par un individu qui se réclame de l’idéologie Kemit. Contrairement aux nombreuses réactions d’appel à la violence sur les réseaux sociaux, Haïdara, lui, appelle à rester derrière les plus hautes autorités du pays qui ont déjà diligenté des mesures pour retrouver et sanctionner l’auteur conformément aux principes d’un Etat de droit.

Tout en se montrant solidaire à l’appel à la mobilisation fait par le bureau du Haut conseil islamique pour le vendredi prochain, le guide d’Ansar dine, Cherif Ousmane Madani Haïdara,   a invité tous les musulmans à la prudence afin de ne pas tomber dans le jeu de ceux qui veulent profiter de cette situation pour régler leur compte personnel avec le Haut conseil islamique. Appelant pour la plupart à la justice personnelle, Haïdara a rappelé que le Mali n’a pas besoin d’un autre  trouble en plus de ce qu’il vit déjà.

En effet, cette sortie d’un individu se réclamant Kemit a indigné l’ensemble de la communauté musulmane au Mali. Par conséquent,  beaucoup de leaders religieux se sont prononcés sur la question souvent  même avec les vœux de soumettre l’individu aux châtiments de l’Islam.

En tant que président la plus grande faitière de l’islam au Mali,  Cheick Cherif Ousmane Madani Haïdara  a, lui, appelé à l’apaisement. Du fait que les plus hautes autorités de la question ont donné des garanties de tout mettre en œuvre pour retrouver et sanctionner l’individu incriminé conformément aux textes en vigueur, selon lui, la communauté musulmane doit au moins donner cette opportunité à la justice de se manifester. Le Mali est un Etat qui respecte  des principes juridiques, a-t-il rappelé. C’est lorsque la justice ne parvient pas à assumer que les religieux peuvent envisager des initiatives contre cette action blasphématoire.

Mettant l’accent sur son rôle, qui est d’éteindre les flammes et non les raviver, Haïdara souligne que « tant que je serai à la tête du Haut conseil islamique, je ne  laisserai jamais éclater une crise religieuse dans notre pays ». Selon lui, le Mali n’a pas besoin d’une crise religieuse en plus de ce qu’il vit déjà.

Par ailleurs, Cherif Ousmane Madani Haïdara  a profité de l’occasion pour interpeler le gouvernement de la transition à ne pas marginaliser les questions liées à l’islam et aux musulmans parce que le Mali est composée à plus de 90% de musulmans.

Aussi, a-t-il invité l’Etat à prendre des dispositions nécessaires pour dissoudre, s’ils existent, des associations ou regroupements au Mali dont la mission est de profaner les autres religions comme c’est le cas actuellement. Cela, en réponse aux  échos d’un regroupement qui se font entendre sur un apport de soutien au jeune incriminé. Cela n’est pas une bonne chose pour lui, car,  l’islam a toujours cohabité avec toutes les croyances et aujourd’hui.

Issa Djiguiba

Source: Le Pays

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Lettre ouverte à messieurs les chefs d’État de la Cedeao

Messieurs les chefs d’État,

Avec toutes mes excuses et la déférence due à votre rang, j’ai à cœur de vous parler de la situation de crise multidimensionnelle qui sévit dans mon pays depuis janvier 2012, -près de 10 ans déjà- et de la lecture peu heureuse que vous, au sein de la Conférence des chefs d’État de la CEDEAO, en faites, avec une certaine altération des idéaux de notre organisation régionale d’intégration.

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Les nouvelles autorités de la transition peuvent-elles venir à bout de l’insécurité grandissante ?

13 Juillet


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit M. Nouhoum Togo, Président de l’Union pour la Sauvegarde de la République.

13 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2023