Lundi 18 Mars 2019
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Adoption d’un manuel scolaire sur l’homosexualité : Mahmoud Dicko contraint le gouvernement au recul

Suite aux débats autour de l’élaboration d’un manuel scolaire sur l’homosexualité dédié à  l’enseignement fondamental dans notre pays, le Premier ministre a rencontré hier les leaders religieux à la primature.

La rencontre a noté l’absence du guide de Aneçar Dine international, Chérif Ousmane Madane  Haïdara et de l’imam Mahmoud Dicko, président du Haut conseil islamique. Si l’absence du premier a été justifiée par ses émissaires mais cela n’a pas été le cas du second, instigateur de cette polémique.

 Hier mercredi 19 décembre, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga, accompagné, de plusieurs membres de son gouvernement, était face aux leaders religieux. Objectif de cette rencontre était, selon le porte-parole du gouvernement, Amadou Koïta, d’évoquer la suspension du projet de l’élaboration du manuel scolaire sur l’enseignement de la sexualité complète (avec des suspicions sur la promotion de l’homosexualité) dédié à  l’enseignement fondamental dans notre pays jusqu’à nouvel ordre. Si cette rencontre  a réuni plusieurs leaders religieux, elle a noté l’absence de grosses pointures en l’occurrence Chérif Ousmane Madane  Haïdara et le président du Haut Conseil islamique, Mahmoud Dicko. Si l’absence du premier a été motivée à l’assistance, celle du second n’a eu droit à aucune explication. Pourtant, c’est ce dernier qui est au cœur de la polémique suscitée par la question  du manuel qui parle de l’homosexualité. Cette absence de Mahmoud Dicko s’expliquerait par sa dissension avec le régime depuis lors l’élection présidentielle et singulièrement avec le PM Soumeylou Boubèye Maïga. A son arrivée à la Primature, SBM aurait dépossédé l’imam Dicko de sa mission de coordinateur de la mission de bons offices. L’imam, en retour, a saisi ce bon moment pour rebondir sur la scène médiatique et spécifiquement sur ce dossier de manuel scolaire qui divise l’opinion nationale.

Mahmoud Dicko a-t-il boudé cette rencontre autour du manuel contesté ? La question reste posée.

Au terme de cette rencontre à huis clos avec les autres leaders religieux, le président de l’Union des jeunes musulmans du Mali, Mohamed Macky Bah, a décrié l’homosexualité comme une pratique la plus regrettable issue de la dégradation de nos mœurs. « Il  était nécessaire que le gouvernement revoie ce projet en cours. Il y a des informations qui touchent aux valeurs sociétales de la religion. Si le gouvernement fait de l’erreur, nous leaders religieux avons le devoir de les corriger. Le gouvernement doit surseoir à tout ce qui va à l’encontre de nos valeurs sociétales pour le bonheur de notre pays », a-t-il ajouté.

Le porte-parole du gouvernement, a rassuré l’ensemble des leaders religieux et des Maliens de la part du Premier ministre de saisir ce dossier  pour que ce projet ne puisse porter atteinte à nos valeurs. Selon lui,  le président de la République ne prendra aucune décision qui fragilisera les leaders religieux et les Maliens en général.

Il faut rappeler que le Haut conseil islamique prépare activement un meeting ce dimanche autour de cette question de l’homosexualité, comparable au mouvement ayant contraint, en 2011, le gouvernement d’ATT à faire marche arrière dans le projet de code des personnes et de la famille.

Adama Diabaté   

Source : L'Indicateur du Renouveau 20 Déc 2018

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Prix Oumar Diallo 2019 : Mariam et Abdrahamane raflent la mise

L’espace culturel « La Gare » sise au Centre commercial de Bamako a abrité ce mercredi 27 février la cérémonie de remise de la 3ème édition du Prix Oumar Diallo

Lire la suite

Blog

Le Pape François à Abou Dhabi : « Non à la guerre, aux extrémismes et à l’utilisation du Nom de Dieu pour tuer ».

Le pape venait de prononcer son discours d’Abou Dhabi pour le sommet interreligieux pour la paix qu’il a conclu par la signature d’une « Déclaration sur la Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune » dans laquelle il est aussi question de liberté et de la dignité de la femme et des enfants.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Tout a un prix même un député

18 Mars 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Felix Tshisekedi: de la parole aux actes?

18 Mars

© Dépêches du Mali 2012 - 2019