Samedi 21 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Réconciliation : Pourquoi certains ne croient pas à la loi d’amnistie d’IBK

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, se croit sur le chemin d’une réconciliation. Pourtant son annonce d’une loi pour amnistier des rebelles n’ayant pas de sang sur leurs mains reste incompréhensible pour certains.

Le début de l’année est marqué par d’intenses activités politiques au Mali. Après le retour d’exil de l’ex-président Amadou Toumani Touré, soutenu par l’actuel chef de l’Etat, et la formation d’un nouveau gouvernement, le président Ibrahim Boubacar Kéita a annoncé une loi d’amnistie pour les rebelles qui acceptent de se repentir.

Cette loi est censée conforter la réconciliation nationale. Pourtant, la démarche a du mal à convaincre. Selon Siaka Doumbia, expert au Crapes, le Centre de recherches et d’analyse politique économique et social au Mali, le Mali ne dispose toujours pas d’une commission pouvant établir les responsabilités dans les différents faits de violence enregistrés par le pays.

Par ailleurs, l’expert se montre sceptique quant à la réussite d’un processus de réconciliation qui donne de l’importance aux responsables de groupes rebelles sans prendre en considération les populations à la base dont ces chefs rebelles se disent les représentants. Siaka Doumbia craint à la fin une prime à l’impunité.

Source : L'Indicateur du Renouveau 10 Jan 2018

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018