Samedi 25 Novembre 2017
Event Pirogue

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Commémoration du bicentenaire du Baha’ie : La communauté au Mali a participé à la fête

A l’instar de la Communauté internationale la communauté Baha’ie au Mali s’est inscrite dans la mouvance des festivités du bicentenaire de la « naissance de son fondateur de lBaha’ Ullah, fondateur de la confession Baha’ie » prévu les 21 et 22 de ce mois.

A cette occasion, les responsables Baha’ie du Mali ont animé une conférence de presse le mardi 10 octobre dernier au Mémorial Modibo Keita pour partager la vision de Baha’Ullah avec la population malienne et rappeler la symboliques de la célébration de la date du 21 octobre.

La rencontre était animée par Me Seydou Doumbia, Mme Yem Salimata Koné, et Jean Jacques Yem. C’était en présence d’autres membres de la confession qui est estimé à 3 000, selon les conférenciers.

En plantant le décor des débats de la rencontre, Me Doumbia a rappelé que la foi Baha’ie est la plus jeune des religions monothéistes. Son fondateur, Baha’Ullah est la plus jeune des religions monothéistes, son fondateur, Baha’Ullah, est selon lui le plus récent des messagers de Dieu, dans la lignée dont les origines se perdent dans la nuit des temps et où s’inscrivent Abraham, Moise, Bouddha, Zoroastre, le Christ etc.

Selon Me Doumbia, la différence particulière entre le Baha’ie et les autres religions monothéistes se situe au niveau du message. « Au cœur du message de Baha’Ullah il y a la conviction que l’humanité ne forme qu’une seule race et que le moment est venu pour elle de s’unir en une société mondiale.» professe-t-il. Et Me Seydou de souligner que Baha’Ullah a mis en marche des forces historiques qui, renversant les barrières traditionnelles de races, de classes, de croyance et de nationalité, qui donneront naissance, en temps voulu, à une civilisation universelle.

Seydou Doumbia de préciser que Les enseignements baha’is tournent autour de trois principes fondamentaux : l’unicité de Dieu, l’unité de la religion et l’unité du genre.

Pour les baha’ie, la terre n’est qu’un pays et tous les hommes en sont les citoyens. Et la date du 21 octobre correspond, expliquent-t-il à la date de naissance du Baha’ie « fondateur de la foi baha’ie né à Nur le 21 octobre 1817 ». En effet l’homme serait un noble Persan qui, persécuté aurait fui la Perse pour s’installer en Israël, d’où il se serait proclamé messager de Dieu.

Disciple, ou successeur de Bab, qui serait tué pour sa foi au bahi’ie, la mort de ce dernier sera célébré le 22 octobre 1819 de l’année prochaine, a précise Jean Jacques. Il ajoute par ailleurs qu’au-delà de la célébration des deux dates, la communauté baha’ie du Mali, entendent profiter de l’occasion pour partager sa vision avec ses concitoyens. C’est pourquoi, ils ont saisi cette tribune  pour lancer un appel à tous les maliens de se joindre à eux le samedi 14 octobre au Mémorial Modibo Keita dans cette commémoration.

Au cours de la rencontre, les conférenciers ont passé en revue plusieurs questions liées à la révélation de la religion baha’ie et à son fondateur.

Mohamed Naman Keita

Source: 22 Septembre

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Catalogne - la « demoncratie » en danger !

Suite à la violation du droit des Catalans à l'autodétermination et au coup d'état perpétré contre les dirigeants catalans démocratiquement élus, le Chef de village africain lance un appel à la raison en direction du pouvoir dictatorial ex-bagnole et averti qu'il ne tolère pas de désordre aux portes de l'Afrique. Arrêtez vos enfantillages antidémocratiques!!!

Lire la suite

Blog

 Marcel-M. MONIN : « La démocratie n’est pas gênante » 

Les sociétés « démocratiques » sont des sociétés dans lesquelles (entre autres) les principaux décideurs émanent directement ou indirectement de l’élection (1). L’élection donne ensuite une légitimité à celui qui doit son poste au vote et une légitimité  à ce que fera ce dernier (2). Elle le protège également -sauf exceptions - (soit en droit, soit en fait) des juges. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Le service après-vente des résolutions se fait toujours attendre (Rediffusion)

24 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

24 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017