Dimanche 18 Novembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

Lutte contre la drogue : Au Mali 70% des jeunes sont toxicomanes dont 25% des filles se dopent

Dans le cadre de ses objectifs pour une jeunesse productive, l’école spéciale de commerce d’administration et de l’entrepreneuriat (ESCAE) a organisé sa deuxième conférence-débat nationale sur les inconvénients du cannabis en milieu jeune et universitaire.

La rencontre s’est déroulée dans l’enceinte dudit établissement ce samedi le 03 novembre 2018.

Il n’est aujourd’hui un secret pour personne que les stupéfiants et en particulier les drogues constituent l’un des plus grands dangers pour les jeunes. Pour cette rencontre les étudiants ont massivement répondu présents afin de s’enquérir des conseils sur ce dangereux fléau qui mine la société. Premier à intervenir, Abdoulaye Keita, président du bureau des étudiants de cet établissement, a  d’abord remercié les responsables de l’Université qui n’ont jamais failli à cette mission de sensibilisation.

Pour Bokari Ibrahim Maïga directeur du programme des études de l’ESCAE,  il s’agit de sensibiliser les jeunes pour les protéger. A ses dires, vu la réussite de l’impact de la première conférence sur les enjeux des stupéfiants, nombreux sont les jeunes qui ont énormément tiré des leçons sur les drogues qui ne cessent de détruire l’avenir des jeunes. Selon lui toujours, vu la pertinence du sujet, ils ont jugé nécessaire d’être accompagné par  l’association de lutte contre la toxicomanie dirigée par la commissaire principale  Assan Traoré. Bokari a affirmé qu’il est désormais plus que nécessaire de multiplier des actions de sensibilisation de ce genre afin d’atteindre des résultats escomptés.

La commissaire principale Assan Traoré, a soutenu qu’il faut promouvoir des actions de sensibilisation plutôt que la répression. A ses dires la drogue est l’ennemi N°1 des jeunes. Au Mali 70% des jeunes sont toxicomanes dont 25% des filles se dopent. « L’heure n’est plus à la répression mais à l’information », a affirmé la commissaire. Dans son exposé, elle a souligné qu’il existe trois  catégories de drogue à savoir : les stimulants (cocaïne), les dépresseurs (tramadoles) les perturbateurs (le cannabis).

Parlant des effets de la drogue, elle a noté qu’avec d’innombrables conséquences, les stupéfiants entraînent entre autres, la diminution des anticorps, le changement d’humeur, l’amoindrissement des capacités cérébrales, des troubles de mémoires et de l’apprentissage, les difficultés respiratoires, les hallucinations et la paranoïa, les dommages sur le fœtus pour les femmes enceintes et la diminution des hormones sexuelles mâles.

Mamadou Nimaga

Source: La Lettre du Peuple

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Issa N’Diaye à propos de la démocratie au Mali : « Le système électoral malien souffre d'un problème de légitimité »

Blog

 

Cheick Boucadry Traoré : « La gouvernance malienne est en crise.

… Une décentralisation inefficace, coercitive et non démocratique »

« Notre conviction est qu’il faut transformer le Mali au niveau de ses structures politiques et sociales artificiellement édifiées dans l’intérêt d’une classe politique corrompue et capricieuse et une soi-disant communauté internationale qui continue à traumatiser notre pays

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

B comme base

16 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

16 Novembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018