Lundi 22 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A la une

OIF: son porte-parole l'assure sur RFI, Michaëlle Jean reste «déterminée»

Le Canada et le Québec ont annoncé, mardi 9 octobre 2018, qu'ils retiraient leur soutien à la candidature de Michaëlle Jean pour le poste de secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), dont le sommet démarre ce jeudi 11 octobre en Arménie.

Justin Trudeau s'est rallié à la candidature de sa rivale, la Rwandaise Louise Mushikiwabo. Sur RFI, Bertin Leblanc, porte-parole de Michaëlle Jean, revient sur l'annonce survenue la veille. Entretien.

Propos recueilli par notre envoyé spécial à Erevan,

RFI : Comment réagissez-vous à la décision du Canada de retirer son soutien à Michaëlle Jean ?

Bertin Leblanc : J’ai lu comme vous les déclarations de l’attachée de presse de la ministre canadienne responsable de la Francophonie. Nous, ce qu’on tient à rappeler, c’est qu'un consensus suppose un débat qui doit se faire dans les règles. Il y a des règles quand même qui régissent la nomination de la secrétaire générale. Le sommet commence demain (entretien réalisé mercredi à la mi-journée, NDLR). Nul doute que cette discussion aura lieu entre les chefs d’Etat et de gouvernement à huis clos.

Donc, vous attendez une déclaration de Justin Trudeau lui-même ?

Le Premier ministre canadien arrive dans quelques heures. Pour l’instant, il ne s’est pas vraiment exprimé sur la question, en tout cas directement. On a pris bonne note évidemment des commentaires de l’attachée de presse de la ministre responsable de la Francophonie. Mais pour l’instant, on est encore dans l’expectative d’une déclaration claire à ce sujet.

Est-ce que Michaëlle Jean envisage de retirer sa candidature ?

Pour l’instant, non. Il n’en est pas question.

Elle maintient sa candidature ?

Oui, Mme Jean est déterminée. Je vous rappelle que le sommet commence jeudi. Elle fera une grande déclaration évidemment lors de la cérémonie d’ouverture, qui sera un peu sa déclaration politique sur le sujet. Vendredi matin, elle doit présenter son bilan, son rapport qu’elle fait aux chefs d’Etat et de gouvernement. Donc, elle est assez impatiente de le faire.

Pour nous, l’objectif, c’est aussi de démontrer que ces quatre années ont servi à quelque chose. Elle s’est beaucoup battue. Mme Jean a beaucoup de convictions. Ce qui fait qu’on a envie que les chefs d’Etat et de gouvernement puissent entendre son bilan, le notent, et prennent une décision à partir de ce qu’on va leur apporter comme bilan. Et aussi, on a envie de pouvoir les entendre sur ce qui a été fait au cours des quatre années.

Mais elle y croit encore ?

Mme Jean est quelqu’un d’extrêmement déterminé. On y croit, parce qu’on est attachés aux valeurs de la Francophonie : bonne gouvernance, pratiques démocratiques... Mme Jean est très soucieuse de ces questions-là. Cela a marqué les quatre ans de son mandat et on espère qu’on pourra poursuivre le travail. Après, on s’en remet aux chefs d’Etat.

Elle reste déterminée comme toujours parce que c’est comme ça qu’elle est faite. Elle est très attachée à la Francophonie des peuples. Elle a développé toute cette passionnante doctrine de la Francophonie des solutions. Elle a beaucoup voulu marquer son passage sur le fait de tourner l’organisation vers quelque chose d’assez proche des gens. Je pense que c’est peut-être ça qui a pu… cela a marqué une rupture.

Ces trois derniers mois, Justin Trudeau s’est battu pour Michaëlle Jean. Il a pris son téléphone pour appeler les chefs d’Etat de la Francophonie un par un. Il a envoyé un émissaire en Afrique, un émissaire de haut rang. Vous devez être déçus, non ?

On va attendre la conclusion avant d’être déçus. Je dirais que pour l’instant, il y a une petite incompréhension, mais qui est peut-être due aussi à la distance. Le Premier ministre n’est toujours pas arrivé à Erevan. Donc on espère pouvoir discuter avec lui rapidement.

Et après, on ne veut pas présumer de la fin tout de suite. On appelle de nos vœux ce consensus ; évidemment, il est indispensable. Mais notre point de vue et le point de vue de Mme Jean, c’est qu’un consensus normalement doit être le résultat d’un débat et d’une discussion. C’est tout ce qu’on demande en fin de compte.

La France n’a-t-elle pas joué un rôle dans la décision du Canada, en tout cas de la ministre canadienne chargée de la Francophonie ?

Je pense qu’on le sait, la France avait choisi une autre candidate. Donc, les tractations ont eu lieu depuis quand même plusieurs semaines. On a été témoins. Le Premier ministre, Justin Trudeau, a rencontré, à quelques reprises je crois, le président français. Ils ont donc forcément discuté de cette question-là.

A New York notamment…

A New York, oui. On était tous à l’Assemblée générale des Nations unies il y a quelques semaines. Qu’est-ce qu’ils ont conclu ? Voilà.

On évoque un marchandage : les Français promettant aux Canadiens un siège non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU moyennant le retrait du soutien à Michaëlle Jean.

 

Là, vraiment, je n’ai aucune information à ce sujet. Ce que propose Mme Jean, c’est d’organiser une réflexion autour de ce que devrait être la Francophonie. Parce que ce qui a émergé dans les derniers mois, c’est qu’il y a différentes visions de la Francophonie. Où la veut-on ? Est-ce qu’on veut recentrer le travail sur la langue, comme on a pu l'entendre, ou est-ce qu’on veut renforcer le travail sur la bonne gouvernance et les pratiques démocratiques ?

Vous savez comme moi que Mme Jean a beaucoup travaillé sur ces aspects de bonne gouvernance et de respect des droits et libertés. Mais c’est encore là aux chefs d’Etat de nous dire de quelle Francophonie parlons-nous et voulons-nous. Je pense qu'aujourd’hui, dans les deux prochains jours, c’est un moment de vérité qu’on va vivre à Erevan. C’est un moment de vérité important pour l’avenir de la Francophonie.

Indiscret : pourquoi le Canada a-t-il retiré son soutien ?

Lâchée par son Premier ministre, Michaëlle Jean reste donc candidate. Mais jusqu’à quand ? Mardi soir, la secrétaire générale sortante attendait avec impatience un tête-à-tête avec Justin Trudeau à Erevan.

Ces derniers jours, les pressions de Paris sur Ottawa ont été fortes. Sans doute la France a-t-elle fait miroiter au Canada un siège non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU en 2020 ou 2022.

Il se murmure aussi que la France se serait engagée à convaincre l’Arabie saoudite de ne pas solliciter cette année une adhésion à la Francophonie, une éventualité vue d’un très mauvais œil par le Canada.

La voie est en tous cas désormais dégagée pour la Rwandaise Louise Mushikiwabo, qui selon toutes vraissemblance sera désignée par consensus nouvelle secrétaire générale de l’OIF cette semaine.

Le président rwandais Paul Kagame doit s’exprimer à la cérémonie d’ouverture du sommet, ce jeudi 11 octobre. Selon une bonne source, il pourrait prendre la parole en français. Ce serait une première.

Source : RFI

 

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Ministres sans portefeuille

22 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

22 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018