« Culture for Justice » : Slam et théâtre en faveur d’une justice pour tous

Publié le 01 août
Source : Dépêches du Mali

A travers une journée d’expression culturelle ponctuée par un concours de slam et de théâtre, le Projet Mali Justice (MJP) entend ouvrir le boulevard de l’accès à la justice au Mali.

Les expressions culturelles au service de l’accès à la justice au Mali. C’est le slogan de la journée culturelle estampillée « Culture for Justice » qui s’inscrit dans de la composante 2 de MJP dédiée à l’accès à la justice. Partie intégrante de l’objectif « Public Awareness Campaign » la campagne concerne l’indicateur MJP6 (Nombre de programmes et de campagnes appuyés par USG pour accroitre la compréhension du public, l’appui aux ONGs, et à la couverture médiatique sur l’indépendance et sur la redevabilité judiciaire).

Cette activité qui a choisi pour cadre l’Institut français a fait déferler sur le centre-ville de Bamako une frange à dominante jeune de la population qui veut marquer son intérêt et surtout son apport en faveur d’une justice pour tous.  

Aïssata Maïga alias Chato (8,16 de moyenne), Souleymane Touré alias Smola (7,35) et Mariam Keïta sont arrivés en tête du classement qui a fait prester 10 « slammeurs ».  

Pour la compétition de théâtre qui a mis en compétition 5 groupes théâtraux, c’est la troupe des Sofas Patriotes du RENEDEP représentée par « Anw Ka Blon » qui l’a remporté.

L’USAID à travers son projet MJP souhaite pérenniser cette activité qui semble susciter un grand intérêt auprès du public malien et surtout des acteurs culturels.

Les résultats attendus passent par la sensibilisation des jeunes et du public sur le Droit malien, afin que plus de citoyens aient recours au Droit dans la résolution de leurs différends. Accroitre la compréhension du public sur les thèmes traités, sensibiliser les étudiants en Droit aux problématiques liés à l’application du Droit au Mali, sensibiliser le public sur les problématiques liées au genre, aux Droit des Femmes et de Filles, et aux VBG…

Par D Dembélé

Source : Dépêches du Mali

Commentez avec facebook