Dimanche 21 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mali: libérations de deux militants de l’opposition à la veille d’une nouvelle manifestation

Deux militants de l'opposition au Mali ont été remis en liberté après plus de deux semaines d'une détention jugée "arbitraire" par l'opposition, qui s'apprête à manifester à nouveau samedi pour réclamer plus de transparence pour les élections, a annoncé vendredi leur avocat.

Paul Boro, un ancien cadre de la majorité passé à l'opposition, avait été arrêté à son domicile le 26 août. Il lui est reproché, selon une source sécuritaire, d'avoir fourni des armes à "des jeunes" à la veille d'une manifestation, ce que ses proches ont fermement démenti. Un autre militant de l'opposition, Moussa Kimbiri, avait lui aussi été arrêté fin août.

Les deux hommes ont été "libérés vers 22H00 jeudi soir et sont directement rentrés chez eux", sur décision d'un procureur de Bamako, a indiqué vendredi à l'AFP l'un de leurs avocats, Abdrahamane Ben Mamata. Ils devront toutefois se présenter "une fois par jour" auprès des autorités, a ajouté Me Ben Mamata, en se déclarant "pas d'accord avec cette présentation quotidienne".

''Ils ont été arbitrairement arrêtés, ont passé 16 jours de détention illégale: ils ne doivent en aucune manière rester dans le lien de la justice",

a-t-il estimé.

''Nous sommes très contents de la libération de nos camarades de lutte, ils seront avec nous demain pour la grande marche contre la fraude électorale", a réagi un responsable de la communication d'un des partis de l'opposition, Nouhoum Togo, dont la formation avait soutenu la candidature de l'opposant Soumaïla Cissé lors de la présidentielle en juillet et août.

Depuis la réélection du président sortant Ibrahim Boubacar Keïta, qui a entamé son second mandat le 4 septembre, M. Cissé et ses partisans organisent des marches à Bamako, dans d'autres villes du Mali et à l'étranger pratiquement tous les weekends.

Samedi, ils devraient être rejoints à Bamako, à partir de 08H00 (GMT et locale), par des associations de la société civile, qui réclament également une plus grande transparence pour les prochaines législatives, repoussées jeudi d'un mois en raison d'une grève de la magistrature et qui ont finalement été fixées aux 25 novembre et 16 décembre.

Source : AFP

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La transhumance politique

19 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

19 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018