Mercredi 22 Mai 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Renouvellement du bureau du CMTR : Que complote le ministre Koumaré ?

Mamadou-Hachim-Koumare

Le scénario a tout l'air d'un complot en gestation. Objectif empêcher les milliers de membres du Conseil malien des transporteurs routiers (CMTR) à se porter candidat à la succession du bureau sortant.

Le bureau sortant coaché par Youssouf Traoré semble bien ranger les cartes en sa faveur, puisque requinqué par les coups de pouce du ministre des Transports, Mamadou Hachim Koumaré qui continue de multiplier les frasques en piétinant le décret fixant organisation et fonctionnement du CMTR. Ce document stipule, en effet, qu’il faille organiser des élections en vue du renouvellement du bureau du CMTR. Il fallait donc matérialiser cela par un arrêté du ministre des Transports qui fixe les délais du scrutin.

Incohérence et favoritisme

Un seul arrêté repris trois fois par le même ministre. Du jamais vu dans un décor aussi tendu que celui du transport au Mali. Le premier arrêté pris en décembre dernier est étrangement tronqué tant il recèle des incohérences. Tantôt le ministre parle de CMTR, tantôt il parle du CMC (Conseil malien des chargeurs). Le deuxième arrêté, un peu plus volumineux que le précédent, date du même jour avec les mêmes références.

Un dernier arrêté du ministre est tombé le 2 mars dernier avec de nouvelles instructions qui devraient abroger les deux précédents. Hélas ! Quelle ne fut la surprise des milliers de membres du CMTR de voir que seulement une liste restreinte de 134 candidats essentiellement issus du bureau sortant à été maintenue.

Les transporteurs ne semblent en tout cas pas prêts à cautionner ces écarts du ministre Koumaré. Pour eux ce dernier devrait se prévaloir d’une application pure et simple des textes qui régissent le CMTR.

En plus, dénoncent-ils, les délais d’inscription ont été biaisés. Au niveau du Gouvernorat, la cellule censée recueillir les candidatures n’existe plus. Ce qui relève de l’arbitraire pour ces transporteurs qui ne demandent qu’à s’inscrire. Les incartades du ministre cacheraient bien des manigances qui favorisent largement le bureau sortant.

Attendons de voir !

Par David Dembélé

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Issa Fakaba Sissoko, à propos de la fin de la grève des enseignants : « Nous ne tolérons plus l'absentéisme et le mercantilisme »

« Enseignants à vos craies !
Le syndicalisme c'est revendiqué ses droits, mais assumé ses devoirs. Nous ne tolerons plus l'éternel absentéisme de certains enseignants à leurs postes, encore moins le mercantilisme dans les écoles privées au détriment de l'école publique pour laquelle vous êtes payés. Justifiez vos salaires, et hommage à ceux qui le font déjà. 
Nous sommes désormais regardants sur l'utilisation de nos impôts ! »

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Chaleur et Soleil

21 Mai


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Émission spéciale RDC

21 Mai

© Dépêches du Mali 2012 - 2019