Depechesdumali

Publié le 13 mars

Mali-Bamako : Artisanat, le combat continue entre les forces de l’ordre et les égalitaristes

Les égalitaristes continuent à vouloir défier la loi et cherchent toujours à réoccuper illicitement les trottoirs qu’ils obstruaient anarchiquement. Face à ce manque de rationalisme, les forces de l’ordre usent quotidiennement de la violence pour contraindre les récalcitrants…

Mali-Bamako : Les agents de terrain n’ont pas le droit d’informer les journalistes

Les gardes déployés pour le maintien de l’ordre sur les trottoirs publics, se refusent à tout commentaire auprès de la presse. Sans une autorisation expresse de leurs supérieurs, les informations relatives à leur mission ne seront jamais partagées avec les journalistes…

Mali : Témoignage d’un haut gradé chargé de la surveillance de la place de l’Artisanat 

Sans vouloir révéler son identité, l’officier supérieur en charge des troupes au niveau de la place de l’artisanat, a affirmé que « la vigilance constante des agents n’a pas de failles. Les opérations antérieures ont échoué parce qu’à chaque fois, les ordres venaient de très haut pour nous dire de dégager la zone et laisser les anarchistes se réinstaller en paix »...

Mali : Le recasement des commerçants à la sauvette n’est pas une priorité pour l’Etat

Le sort des vendeurs égalitaristes est entre leurs mains. Aucun espace ne leur sera alloué car ils n’y ont tout simplement pas droit. Selon des sources officielles, leurs kiosques et étalages improvisés sont illicites et n’apportent aucun impôt officiel à l’Etat. La loi est claire et elle s’applique sans pitié à tous les pauvres du Mali. Pour pouvoir continuer à survivre, les squatteurs ont tout intérêt à innover et chercher de nouvelles places propices à leur commerce flanqué…

Mali : Où sont passées les preuves qu’Amadou Haya Sanogo détenaient contre le régime ATT ?

La fin de l’exil de l’ex président ATT est proche. A son retour,  une foule de militants du PDES sera là pour l’accueillir en héros et non en traître. Les preuves  qui pouvaient l’incriminer étaient détenues par le camp putschiste et elles ont surement été réduites en cendres après la débâcle du CNRDRE…

D. Oumar

 

 

Commentez avec facebook