« Cent fiches juridiques » : MJP explique la justice aux citoyens lambda

Publié le 27 mai
Source : Dépêches du Mali

A travers son document « Cent fiches juridiques », qui sera présenté ce jeudi 24 mai 2018, Mali Justice Project (MJP) expliquera la justice aux justiciables afin de faire tomber les mystifications que les citoyens se font de cette institution communément appelée « Le 3ème pouvoir ».

Selon le communiqué signé de son Conseiller en communication, Fidele Guindou, MJP organise ce jeudi une cérémonie de présentation du document « Cent fiches juridiques - la justice expliquée aux Maliens »  à l’Hôtel Radisson de Bamako à de 9 heures.

Le MJP, financé par l’USAID, a inscrit son mandat dans le cadre de la restauration de la confiance des citoyens et de leur accès au système national de justice. Il a de ce fait mobilisé ses compétences internes pour l’élaboration et la diffusion de Cent fiches pratiques dont le but est de rendre accessible la justice aux citoyens. Le document, indique le communiqué, se base sur des cas ou les situations du quotidien auxquelles sont confrontés les Maliens et les Maliennes.

Le document dispose des fiches juridiques et les différents domaines abordés (organisation judiciaire, branches du droit, procédures…). Les professionnels de Justice et les Organisations de la société civile (OSC) actives dans le secteur prendront part à cette cérémonie de présentation. Objectif : contribuer au rapprochement de la justice des justiciables ; et favoriser une meilleure compréhension du droit, des procédures et des juridictions.

Le communiqué rappelle qu’au Mali, l’accès à la justice est confronté à de nombreux défis : les distances physiques qui séparent les juridictions des justiciables ;  le manque de confiance des citoyens en la justice malienne dont l’intégrité est souvent questionnée ; la disponibilité des ressources humaines ; les frais de justice ; etc. mais aussi et surtout la compréhension de la loi, du droit et des procédures de notre justice ; et enfin, la juxtaposition du système de justice traditionnelle considéré par une grande partie de la population, et souvent pour raisons de méconnaissance, comme mieux adapte aux réalités locales.

« Malgré les efforts des pouvoirs publics pour la création de nouvelles juridictions, le recrutement du personnel et l’élaboration de textes pour faciliter l’accès à la justice, la compréhension par les citoyens de la Loi et du Droit continue de soulever des interrogations d’autant plus que la loi est exprimée dans une langue, le français, et dans des termes qui souvent mal maîtrisés par les Maliens ».

Le communiqué relève que les populations rurales et les acteurs socio-économiques se détournent ainsi des tribunaux classiques.

D. Dembélé

Source Com/MJP

Commentez avec facebook