Mardi 18 Septembre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Rokia Traoré à propos de l’insalubrité à Bamako : « Que chacun nettoie devant sa maison ! »

« Je vis à Bamako, mes enfants vont à l'école à Bamako. La différence entre vous et moi c'est que j'ai de l'ambition pour Bamako, Je m'aime en tant qu'africaine et malienne. Je ne vois pas pourquoi la propreté devrait être exclusivement blanche ou européenne. Nous étions propres avant de rencontrer les blancs je crois. J'ai l'ambition du bon voisinage plus l'hygiène et une vie épanouissante pour tous les bamakois et tous les maliens. Peut être que cela prendra du temps, mais je crois que c'est possible. Notre ville mérite plus de propreté et nous habitants nous méritons une vie bien organisée et propre, avec moins de maladies. Cela n'empêche en rien le bon voisinage. Nos ancêtres étaient propres et vivaient avec des règles, justement, pour permettre le "vivre ensemble". Bamako est devenue une des grandes métropoles du monde, nous, habitants devons comprendre qu'il n'est pas dans notre intérêt de vivre dans une telle anarchie et que nous ne pouvons pas vivre dans des relations d'entente et de solidarité sans organisation. J'ai grandi à Bamako, cette ville n'était pas ainsi. À l'époque, dans nos relations de bon voisinage, chacun nettoyait devant sa maison, mais n'allait pas déverser ses déchets devant celle du voisin. Nous sortions tous une fois par mois nettoyer les parties communes des rues. Dans une ville de la taille de Bamako, le bon voisinage sans règles, sans loi et sans l'implication des politiques et de l'Etat: C'EST IMPOSSIBLE, INGÉRABLE ».

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Blog

Dougoukolo Alpha Oumar Ba-Konaré, Psychologue clinicien : « L’identité peule apparaît comme un épouvantail symbolisant la menace djihadiste. Pourtant, cette identité est bien trop hétérogène pour établir un lien aussi simple ».

Les Peuls focalisent actuellement l’attention du fait de l’instrumentalisation de certains d’entre eux par des groupes fondamentalistes tentant de s’implanter localement dans le Sahel.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

A la recherche des «biens mal acquis», patrimoine caché du Gondwana à Mbègue

18 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Mali : l'opposition maintient la pression

18 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018