Mercredi 26 Juillet 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Menaces d’inondations au centre du Mali : indifférence criante des autorités

La période d’hivernage rime par excellence avec les inondations au Mali. Le journal scientifique « Earth Systems Dynamics » annonce pour les trois prochains mois de fortes inondations au centre du Mali. L’information ne semble faire ni froid ni chaud aux autorités maliennes.

« Le réchauffement climatique en cours pourrait entrainer l’arrivée soudaine d’une saison des pluies très intense au Ssahel. L’ampleur du changement nécessite une attention urgente ». C’est la conclusion de chercheurs allemands du Postdam Institute for climate reasearch impact, publiée dans la revue Earth System Dynamics début juillet.

Il ressort que le centre du Mali, le Niger et le Tchad pourraient ainsi recevoir autant d’eau de pluie que le nord du Cameroun ou le centre du Nigeria aujourd’hui, qui se caractérisent par un climat tropical.

Et d’ajouter que « le risque de changement brutal est lié au réchauffement des eaux, qui génère une évaporation, pendant que les vents de mousson qui viennent de l’Atlantique se renforcent et se décalent vers le nord. La pluie, en tombant, libère à son tour la chaleur du sol, faisant du processus un vrai cercle vicieux ».

Aucune mesure d’anticipation

Pour l’heure, les autorités régionales, aussi bien à Ségou qu’à Mopti, n’ont rien dégainé pour prévenir la menace.

La peur d’Al qaida et alliés semble damer le pion à la mise en place de plan pour contre le phénomène des inondations. « Ce n’est pas encore à l’ordre du jour. Il y a d’autres urgences liées aux attaques jihadistes dont fait l’objet notre région », laisse entendre Moussa Coulibaly, conseiller du gouverneur de Mopti.

A Ségou le même scenario semble de mise. Rien n’est fait pour rassurer les populations.

Il faut noter que la pluie a déjà commencé à faire d’énormes dégâts dans le centre du pays. Après l’inondation du 19 juin dernier à Youwarou, les sinistrés attendent toujours assistance.

 

Par David Dembélé

Dépêches du Mali

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre

26 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Sénégal: comment s'annoncent les législatives?

26 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017