Mercredi 26 Juillet 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Révision constitutionnelle au Mali : Ce qui agace le Collectif des associations musulmanes

Le Collectif des associations musulmanes du Mali a une opinion tranchée sur le projet de révision constitutionnelle : c’est clairement non ! Le texte mettrait en cause les valeurs socioculturelles et religieuses. Point de vue.

Qu’y a-t-il dans ce projet qui menace les valeurs religieuses?

Il y a d’abord la suppression de la référence à la charte de Kouroukan Fouga en ses valeurs et principes. Mais nous sommes surtout indignés et abasourdis par l’incorporation de certaines références occidentales extérieures, véritables antithèses des valeurs de la société malienne. En vérité, ce projet cache un complot visant à une relecture du Code des personnes et de la famille par l’insertion, surtout dans son préambule, de références aux textes extérieurs comme la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes du 18 Décembre 1979 et la convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants du 26 Juin. La convention concernant les femmes, vous savez, prône l’égalité en les hommes et les femmes. C’est marrant !

Donc le Collectif est particulièrement préoccupé par une éventuelle révision du code des personnes et de la famille

Il y a eu une première tentative en la matière, sous le régime du président Amadou Toumani Touré. Celui-ci a finalement reculé, face à la forte pression des musulmans. Nous sommes prêts à remettre ça. Mais on en veut spécifiquement aux élus du peuple. Pendant que les Maliens attendaient un sursaut patriotique au niveau de l’hémicycle, la majorité des députés, comme pétries de haine des valeurs traditionnelles et religieuses, s’est littéralement mise au service des cartels occidentaux, réputés nourrir le funeste projet de voir définitivement vouer aux gémonies nos valeurs traditionnelles et religieuses. Lesquelles valeurs sont protégées et consignées dans le Code des personnes et de la famille.

Concrètement que voulez-vous que le projet prenne en compte ?

Nous avons fait des propositions, surtout sur le mode de prestation de serment. Il faut que le président de la République, avant son entrée en fonction, prête serment sur le Livre Saint de sa confession devant la Cour constitutionnelle. Qu’il jure solennellement sur le Livre Saint pour le respect de tous ses engagements et déclare qu’en cas de parjure, qu’il subisse les rigueurs de la loi.

Le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta a clairement affirmé qu’il ne retirera pas le projet de révision constitutionnelle. Que répondez-vous ?

Notre Collectif se réclame des qualités et vertus profondes du peuple malien, peuple de foi et respectueux de la forme républicaine et laïc de l’Etat. On veut contribuer à l’accomplissement des clauses des Accords d’Alger pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger pour le bien de tous, mais en rapport avec le respect de nos valeurs socioculturelles.

Donc, à défaut d’obtenir le retrait de ce projet qui ouvrira la porte à toute sorte de déviances et de dérives, j’appelle les musulmans sincères du Mali, toutes tendances confondues, à voter NON.

Et si le oui l’emportait ?

Impossible !  Je suis persuadé qu’avec 95% de musulmans maliens, le NON va l’emporter au referendum. Nous exhortons les musulmans à conjuguer les efforts et utiliser tous les voies et moyens afin de disséminer ce consigne de vote sur l’ensemble du territoire national.

Interview réalisé par I. Dembélé 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre

26 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Sénégal: comment s'annoncent les législatives?

26 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017