Mercredi 26 Juillet 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Révision constitutionnelle : quand la diaspora malienne dit « non » !

De Dakar à New York et Quebec en passant par Paris, «touche pas à ma constitution, ‘’Antè Abanna’’, trop c’est trop », sont les slogans des manifestants Maliens de la diaspora. Ce depuis le 23 juin 2017. Résidant à l’étranger, en quoi se sentent-ils concernés ?

Réformer la Constitution : la diaspora malienne trouve qu’il y a d’autres urgences au Mali. « Pourquoi imposer une révision de la constitution sans consultation préalable du peuple ?… le peuple du Mali ne laissera pas tripatouiller sa constitution écrite en 1992 avec le sang des Martyrs… comment un Sénat peut amener la paix au Mali ?…», sont les raisons invoquées par les Maliens de l’étranger sur les réseaux sociaux facebook et twitter.

A Dakar, le front du Non se mobilise et fait véritablement ses effets. Aïssata Guindo et ses concitoyens maliens battent le pavé contre cette révision constitutionnelle. Samedi 1er juillet le front du Non qu’elle conduit avec détermination a animé une conférence qui a fait le tour de la constitution du 25 février 1991 et scruté les couacs de la nouvelle monture que l’actuel régime tente de faire passer.

Pour l’heure, IBK ne renonce pas à son projet de révision constitutionnelle, mais Ousmane Baradji, malien résidant en France a choisit le camp du non pour deux raisons : «  le contexte sécuritaire du pays n’est pas propice à une révision de la constitution. Une disposition expresse de l’actuelle constitution nous l’interdise en ce moment. En second lieu, le contenu de la réforme proposée me parait dangereux et contraire aux valeurs démocratique et à l’Etat de droit auquel j’aspire ».

Par Yacouba Tangara avec David Dembélé

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre

26 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Sénégal: comment s'annoncent les législatives?

26 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017