Mercredi 23 Mai 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Révision constitutionnelle : quand la diaspora malienne dit « non » !

De Dakar à New York et Quebec en passant par Paris, «touche pas à ma constitution, ‘’Antè Abanna’’, trop c’est trop », sont les slogans des manifestants Maliens de la diaspora. Ce depuis le 23 juin 2017. Résidant à l’étranger, en quoi se sentent-ils concernés ?

Réformer la Constitution : la diaspora malienne trouve qu’il y a d’autres urgences au Mali. « Pourquoi imposer une révision de la constitution sans consultation préalable du peuple ?… le peuple du Mali ne laissera pas tripatouiller sa constitution écrite en 1992 avec le sang des Martyrs… comment un Sénat peut amener la paix au Mali ?…», sont les raisons invoquées par les Maliens de l’étranger sur les réseaux sociaux facebook et twitter.

A Dakar, le front du Non se mobilise et fait véritablement ses effets. Aïssata Guindo et ses concitoyens maliens battent le pavé contre cette révision constitutionnelle. Samedi 1er juillet le front du Non qu’elle conduit avec détermination a animé une conférence qui a fait le tour de la constitution du 25 février 1991 et scruté les couacs de la nouvelle monture que l’actuel régime tente de faire passer.

Pour l’heure, IBK ne renonce pas à son projet de révision constitutionnelle, mais Ousmane Baradji, malien résidant en France a choisit le camp du non pour deux raisons : «  le contexte sécuritaire du pays n’est pas propice à une révision de la constitution. Une disposition expresse de l’actuelle constitution nous l’interdise en ce moment. En second lieu, le contenu de la réforme proposée me parait dangereux et contraire aux valeurs démocratique et à l’Etat de droit auquel j’aspire ».

Par Yacouba Tangara avec David Dembélé

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Au Mali, on sait plus dénoncer la corruption que de la combattre…», dixit Mamadou Ismaïla Konaté, ancien ministre de la Justice

« Au Mali, on sait plus dénoncer la corruption que de la combattre ou de lui résister. Beaucoup vivent de ses fruits ou du bénéfice de ses produits aussi nocifs que mortels que le Sida. Si rien n’est fait par contre, on sera obligé de tout faire pour en guérir sinon en mourir »

Blog

« Cultivez vos propres champs ! », dixit le Pr Clément Dembélé

« Jeunes maliens, Je vous vois un jour tous ensemble dans « le parti du peuple malien » au lieu de vous diviser pour des gens qui n’ont rien donné autre que la désuétude politicienne dans ce pays.

Ne soyez pas porteurs de témoin de cette déception dont vous en êtes victime. Cultivez vos propres champs!!!

Lire la suite

Présidentielle 2018 : La Voix de la Société Civile

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Le futur de Président-Fondateur

21 Mai


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Ramadan: la flambée des prix

22 Mai

© Dépêches du Mali 2012 - 2018