Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mali du Mali : Quand les tensions CMA/GATIA sonne le retour des conflits intertribaux

Plusieurs actes criminels perpétrés ce début juin témoignent de la recrudescence dans le nord des conflits intercommunautaires.

Selon des informations confirmées par plusieurs sources, 04 éleveurs ont été enlevés ainsi que leurs véhicules ce 06 juin 2017 dans leur campement à Tinalaghay (localité située à environ 50 km ouest de Kidal) par des individus armés.

Un notable de Kidal, Sidi Ag Bilal, est aussi assassiné le même jour par des individus armés à motos à Tifirwen N’Zahra environ 08 km de Kidal vers 16 H.

S’y ajoute l’enlèvement d’un véhicule à Hanoka, un quartier de Kidal le même jour vers 20H.

Selon le Gatia, il s’agirait ni plus ni moins que de représailles suite aux récents évènements dans l’Azawad.

Quelques jours auparavant la maison du maire de Kidal Arbacane AG Abzayack a été brûlée à Kidal par des éléments de la CMA.

A Gao, les communautés réclament le départ du gouverneur, accusé de « mauvaise gouvernance et de n’avoir aucun respect pour les communautés ».

Entre temps, un véhicule des services de santé est enlevé à Tombouctou.

Tout se passe comme s’il nous étions dans un far west. Et les plus hautes autorités n’en font pas leur tasse de thé et préfèrent amuser la galerie autour d’un projet de révision constitutionnel inopportun et incongru.

Par David Demblé

Dépêches du Mali

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017