Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Pénurie : La Grève des gros porteurs asphyxie Bamako

Bamako subit déjà les pires affres de la rupture des denrées de première nécessité. En grève depuis le 22 mai dernier, les gros porteurs semblent décidés à étouffer la vie économique du pays. Ils  ne sont pas près de reprendre du service avant l’accord total par le Gouvernement des doléances déposées depuis 2015.

Tremblement de terre pour beaucoup. Du moins, ceux qui n’ont jamais subi la moindre pénurie. La capitale malienne commence à s’étouffer peu à peu à cause de la rupture des denrées de première nécessité.

Le ton est donné au niveau des stations services où l’essence s’est complètement évaporée. Il n’y a plus de réserve pour ce combustible. Certains détenteurs d’engins se voient obligés de garer. A des centaines de kilomètres d’eux, au niveau des principales portes d’entrées du pays, plusieurs centaines de citernes immobilisées.

A Heremankono, Frontière Mali-Burkina Faso, environ 600 gros porteurs sont aux arrêts depuis 5 jours. Idem pour les autres portent d’entrées du pays, notamment Kouremalé (frontière Mali-Guinée) et Kidira (frontière Mali - Sénégal) où la file des camions se trame sur une longueur de 25 km selon nos sources sur place.

« Les chauffeurs demandent plus de considération pour leur profession, une sécurité sociale et l’arrêt des tracasseries subies de la part des forces de l'ordre. Le mot d’ordre de grève est respecté à toutes les frontières du Mali », nous révèle Sekouba Diallo, secrétaire Administratif du Syndicat national des chauffeurs et conducteurs routiers (SYNACOR).

Le syndicaliste dénonce le mauvais traitement infligé aux siens et pointe du doigt les autorités pour avoir longtemps cautionnés les tracasseries et la précarité dont sont victimes les chauffeurs.

Des autorités irresponsables !

Les tracasseries routières deviennent un casse-tête chinois pour les gros porteurs. « L’axe Bamako-Hèrèmakono compte une quinzaine de postes de contrôle. A tous les niveaux il faut débourser entre 3000 F CFA en plus du poste de Senou où il faut impérativement payer 10000 F CFA », déplore Moussa Koïta, gros porteur.

Un autre point non moins important des revendications, l’évaporation des carburants qui fait payer aux chauffeurs le lourd tribu. Ces derniers sont sommés par les pétroliers de rembourser la quantité de carburant évaporée lors du transport. « Sur 45000 litres de carburant, 1000 litres s’évaporent inéluctablement lors du transport. Les pétroliers soupçonnent le chauffeur de détournement et l’obligent à rembourser sous peine de le trainer devant la justice », se lamente Sekouba Diallo.

« Même chose pour les sacs de riz ou d’autres denrées dont les quantités n’ont pas été respectées au depuis l’usine ou au port. C’est le chauffeur qui paye le supplément », ajoute-il.

Autre revendication, le traitement salarial. Le chauffeur le mieux payé a à peine 35000 F (soit moins du SMIG). Ce que déplorent les gros porteurs qui aspirent à une vie bien meilleure.

Observé par tous les gros porteurs du Mali, le mot d’ordre est inédit : « Nous sommes des prisonniers libres. Nous en avons vu subi de tous les couleurs. Notre vie n’a plus aucun sens. Trop c’est trop. Raison pour laquelle nous irons jusqu’au bout ».

A l’issue de la première journée de grève observée en début mai 2017, le gouvernement avait donné 10 jours pour donner satisfaction aux doléances des gros porteurs. Hélas !

Il aurait une nouvelle promis de réagir, mais lundi prochain. En attendant les populations broient du noir.

Par David Dembélé

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017