Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Processus de paix au Mali : L’apport des femmes élues

Plus que de simples journées de retrouvailles, le forum estampillé « les femmes élues s’engagent dans le processus de la paix », a permis aux élues d’échanger et de poser des balises importantes dans le processus de paix.

Organisé par le Réseau des femmes conseillères municipales (REFCOM) en collaboration avec le Réseau des jeunes femmes leaders des partis politiques et des organisations de la société civile (REJEFPO) ce forum a bénéficié de l’accompagnement de l’USAID (aide Américaine pour le développement).

Il a pour objectifs de faciliter l’appropriation des femmes conseillères municipales et des jeunes femmes leaders aux notions clés relatives à leur meilleure participation au processus de paix en cours au Mali.

Des conférences débats et ateliers thématiques ont meublés les 3 jours de travaux en faveurs de 200 femmes conseillères municipales venues de tout le Mali et des 40 jeunes femmes leaders du REJEFPO.

Le ministre de la promotion de la femme, Traoré Oumou Toure dans son discours d’ouverture a rappelé : «  Le Mali et les maliens savent que la place de la femme dans les instances de décision constituent un élément essentiel pour notre démocratie ». Elle a invité les femmes à s’impliquer davantage dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issue du processus d’Alger.

Pour la présidente de REFCOM, Mme Djiré Mariam Diallo, l’organisation de ce forum en collaboration avec le REJEFPO, témoigne d’une volonté de dialogue intergénérationnel et de transfert de compétence aux jeunes. « Ce forum se veut être un cadre de la conjugaison de nos efforts face aux défis actuels, notamment, la promotion pour la sécurité et la paix au niveau de toutes les collectivités territoriales du Mali. Cela s’avère une nécessité quand on sait que le Mali est dans un profond processus de changement depuis la crise sécuritaire de 2012, étant entendu que les différents acteurs n’ont jamais cessé de réfléchir pour la mise en place d’actions adéquates », dit-elle.

Quant à la présidente de REJEFPO, Mme Djila Habibatou Traoré, elle a pendant la cérémonie d’ouverture, souligné que « ce forum sera un cadre du donner et du recevoir, de partage d’expériences à tous points de vue sur les questions de réconciliation, de cohésion sociale, de promotion pour la paix et la sécurité ».

Ce forum a permis la relecture et l’adoption des textes du REFCOM ainsi que le renouvellement des instances.

Faut-il rappeler que les communales du 20 novembre 2016, malgré les contingences sécuritaires du moment, ont enregistré un net progrès dans la représentation des femmes dans les Conseils Communaux, à la faveur notamment de la Loi n°2015-052 qui oblige les partis politiques à présenter un tiers de femmes dans les listes proposées. La part de femmes parmi les conseillers communaux, qui était de 8,3% à l’issue des élections communales de 2009, a atteint 25,6% en 2016. Par contre le nombre de femmes maires n’a pas progressé, 11 en 2016 contre 14 en 2009 et 7 en 2004.

Par David Dembélé

 

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017