Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Brèves du 15 mars 2017

Grève illimitée du secteur de la santé au Mali : Le silence  coupable du  gouvernement

Depuis le jeudi 9 mars 2017, les établissements sanitaires sont en grève au Mali, suite à l’appel de  leurs deux syndicats. Il s’agit du syndicat National de la santé, de l’action sociale et de promotion de la famille (SNS-AS -PF) et la fédération des syndicats de la santé et de l’action sociale (FESYSAM). Et hier, mardi 14 mars 2017, le professeur Mamadi Kané,  secrétaire général du syndicat National de la santé, de l’action sociale et de la promotion de la de la Famille (SNS-AS -PF) a été formel sur le fait que le mot d’ordre de grève est bien suivi  non seulement à Bamako, mais aussi à l’intérieur du  pays. Selon les syndicalistes cette grève est illimitée jusqu'à la satisfaction de leurs doléances. Du côté du gouvernement, on ne joue pas au plus urgent,  car selon les leaders des grévistes, le gouvernement est jusque là resté dans son coin, sans prendre langue avec les syndicats.

 Mali : Trafic de cocaïne dans le Sahel : Une masse monétaire de 2 milliards d’euros,  soit 1300 milliards de francs Cfa, soit plus de budget annuel de plusieurs pays de la CEDEAO  

Le sahel  (le nord du Mali),  la terre de nos aïeux, est devenu aujourd’hui le plus grand réseau de trafic de cocaïne. En effet, les activités  d’Aqmi,  les rapts  d’étrangers  libérés contre rançon, le trafic d’armes et  de drogue sont, entre autres, les fléaux qui gangrenaient le sahel. Le sahel est aujourd’hui une zone de graves turbulences politique  en  Afrique,  avec des éléments de tensions que sont le  nord –Mali, les heurts du sud libyen et la présence de la secte Boko haram au nord du Nigeria qui  portent un risque de contagion à  des pays de la zone (Niger ) à la  région entière. A cela s’opère un véritable réseau de trafic de  cocaïne

Mali : Pour cumul de factures impayées : L’Assemblée Nationale du Mali privée  d’électricité  publique

Au Mali, à l’hémicycle,  une nouvelle affaire rocambolesque défraie la chronique depuis le lundi 13 mars. Pour cumul de factures impayées, la compagnie d’électricité du Mali, l’Energie du Mali, a, en effet, débranché, momentanément, le compteur de la troisième institution du pays. Les factures impayées de l’assemblée Nationale, qui a un budget annuel de15 milliards de FCFA, s’élevèrent à « plus de 200millions de FCFA »,  selon le journal en ligne sahélien.  Com.  « 203. 151. 111 francs CFA,  c’est le montant exact que l’assemblée nationale doit à EDM SA, « Il y a les factures de l’années 2012  (quelque mois) d’un montant de 27. 951. 998 FCFA, quelque factures de 2013 qui font 54.517.716 FCFA », explique M. Dembélé, gestionnaire de grand compte à l’EDM.

Coopération Mali Suisse : Des perspectives prometteuses a l’horizon 2017 -2020

La collaboration entre le Mali et  la confédération Suisse se renforce et aura des nouvelles perspectives en faveur d’un Mali  prospère  et  resplendissant. Telle est la vision de la nouvelle stratégie  de la coopération  Suisse  au   Mali  entre 2017  et 2020.  Un chantier qui  a été développé lors d’un point de presse le jeudi 08 mars 2017 au bureaux  de  coopération au Mali par l’ambassadeur Manuel sager et Directeur générale  de   la direction  du développement et de la coopération c’était en présence  d’une belle  brochette  d’acteurs  incontournables chargés  de  la mise en œuvre du  programme  comme  l’ambassadeur de Suisse au Mali  Mme  schmidt  Tartagli.

Affaire Assemblée  nationale  Le figaro  du Mali : Le  procès renvoyé au 22 mars

En principe,   c’est  ce  mercredi  que le  procès  opposant l’Assemblées  nationale  du Mali au  journal le figaro du Mali devrait s’ouvre au tribunal  de grande  instance  de  la commune  du district de Bamako sis à Boulkassoumbougou.

Au cours du mois de février dernier, trois plaintes (Assemblées nationale, issaka sidibé, président  de l’Assemblée nationale et Djenebou  Coulibaly, secrétaire  à  l’Assemblée nationale du  Mali   ) ont été déposées auprès du tribunal de  la commune du district de Bamako  contre le directeur  de publication du journal le Figaro  du Mali, Ammy  Baba Cissé  pour « diffamation et atteinte  à  l’honneur et  à la dignité de Issaka Sidibé, douanier  à la retraite ». L’audience a été renvoyée au 22 mars 2017.

Rassemblées par Soumani Nancy Traore,  stagiaire

 

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017