Lundi 11 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Prix Oumar Diallo 2017 : Boubacar Sangaré de « sahelien.com » enlève le jackpot

La première édition du Prix Oumar Diallo a tenu toutes ses promesses. Le jury constitué par le président de la maison de la presse Dramane Aliou Koné et Alexis Kalambry, directeur de publication du journal Les Echos, ont départagé les onze candidatures.

Et c’est celle de Boubacar Sangaré, du journal en ligne sahélien.com, qui a arraché le prix composé de 500 000 F CFA et d’un stage pratique dans les rédactions de depechesdumali.com et Les Echos.

Pour la cérémonie de remise, l’espace culturel La Gare a mis les petits plats dans les grands, ce soir de 25 février. L’évènement qui a rassemblé les parents et amis et proches de l’illustre défunt s’est voulu très sobre, à l’image de celui en l’honneur de qui il est organisé. Oumar Diallo, ce jeune journaliste foudroyé en décembre 2016 par un accident domestique, a laissé la trace indélébile d’un combattant intrépide du quatrième pouvoir. « Il voulait se servir de sa plume journalistique pour transformer un environnement infesté par l’injustice et l’arbitraire », ont rappellent les confrères qui l’ont connu.

Le Prix Oumar Diallo a été crée par le site d’information depechesdumali.com, avec le concours de Binthily communication et Les Échos.

« Les candidats ont été jugés sur la base de trois critères : l’actualité, l’originalité de l’angle choisi pour traiter le sujet et la valeur informative de celui-ci », a rappelé Birama Konaré, directeur de publication de depechesdumali.com qui a accueilli l’assistance par un discours d’hommage à Oumar Diallo.

Le concours a été couronné par la sélection d’un seul lauréat.

Le Prix Oumar Diallo a pour objectif de stimuler la production journalistique. Une façon de susciter l’esprit critique chez les plus jeunes. Il a pour but de découvrir et d’encourager les jeunes talents de la presse écrite du Mali et de leur permettre de bénéficier d’un prix et d’une formation pratique d’un mois au sein de deux organes de presse : Les Échos et depechesdumali.com.

Ouvert aux jeunes journalistes (presse écrite) de moins de 30 ans au 31/12/2016, le prix visait à récompenser l’excellence à travers des articles qui ont été publiés entre le 18 janvier et le 18 février 2017 autour de la thématique « Comment la jeunesse africaine peut-elle participer au renouveau ? ».

S’exprimant au nom de la famille de feu Oumar Diallo, Mariam Diallo, grand sœur du défunt, a vivement remercié les organisateurs pour l’initiative qui, dit-elle, rend ainsi hommage à toute une famille. Elle a exhorté les jeunes journalistes à s’acquitter de leur rôle et devoir social pour environnement plus juste et équitable.  

Par David Dembélé

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017