Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Divisés sur la suspension de la grève illimitée : les magistrats se regardent en chiens de faïence

C’est la grande confusion dans la famille des magistrats maliens qui a entamé une grève illimitée depuis le 9 janvier 2017. L’Assemblée générale de ce vendredi 03 février a viré à une véritable dissension intestine entre les magistrats qui désormais se regardent en chiens de faïence

Ce fut l’assemblée générale de la division ! Un vrai rendez-vous manqué donc qui a provoqué une grande fissure entre les magistrats repartis entre quatre syndicats principaux. 

Dans une atmosphère trouble où le seul mot d’ordre a été de poursuivre sans délai le mouvement d’humeur entamé depuis plusieurs semaines, une frange de magistrats s’est octroyée tard dans la nuit de vendredi à samedi le plateau télévisé de l’ORTM, se fendant d’une déclaration faisant état de la suspension du mot d’ordre de grève illimitée.

A la manœuvre, Mohamed Chérif Koné, secrétaire général du Syndicat autonome de la magistrature (Sam), flanqué de son collègue le juge Dramane Diarra. L’orateur, qui a interloqué biens des téléspectateurs, n’a pas porté de gants pour demander à ses collègues de reprendre dès ce lundi 06 février le chemin du boulot. 

Auparavant, un essaim de magistrats principalement des jeunes avaient pris leur quartier au QG du SAM sis à Banamkabougou, conviant la presse pour une mise au point.  Décidant de ne pas suspendre le mot d’ordre de grève, cette composante justifie : « Nous avons trouvé la proposition du gouvernement dérisoire, illégitime et insignifiante ». 

Dénonçant les conditions lamentables des magistrats, occupant souvent le bureau à quatre, Mohamed Maïga estime que l’administration d’une justice équitable passe par là. Son collègue Mahamadou Yattara de décrier la posture du gouvernement jugé réfractaire à l’épanouissement du troisième pouvoir, celui du judiciaire. Du moment où, indique-t-il, l’Uemoa instruit à ses Etats membres l’allocation d’au moins 3% du budget national, le Mali reste à la traîne en allouant à sa justice 0,52%. Et de conclure, « nous avons la justice la plus mal lotie de la sous région. Il faut que nos conditions changent ».

Balayant d’un revers de main l’hypothèse d’un bras de fer avec le gouvernement, ce collectif laisse entendre que la porte du dialogue n’a jamais été fermée.

Points d’achoppement

Au nombre des six points de revendication, la fameuse ‘‘revalorisation de la grille salariale’’. La proposition du gouvernement de procéder à 10%  d’augmentation  pendant  deux ans, c’est-à-dire  5% en 2017 et 5% en 2018, n’a pas trouvé grâce aux yeux des grévistes.

Quant aux cinq autres points, ils sont relatifs, premièrement, à l’application  du décret de l’alignement  de la cour suprême sur les autres institutions de la République. Les grévistes exigent l’application des primes d’eau et d’électricité conformément au décret pris en 2014.

Les magistrats demandent aussi l’application du décret portant octroi d’un siège aux syndicats au sein du Conseil économique, culturel et social. Aussi, demandent-ils l’installation  des chefs de tribunal et de parquet soit désormais  officialisée.

‘‘Nous voulons quelque chose de concret et voulons en finir définitivement  avec toutes ces questions, que l’on ne revienne plus sur les mêmes revendications dans le futur’’, souhaite les grévistes.

La situation reste pour l’heure très confuse. Le Gouvernement rechigne à reconsidérer sa position. Entre temps, les grévistes eux même ne fument pas dans la même pipe au point que la ferveur du combat commun risque d’en pâtir.  

Par David Dembélé

Dépêches du Mali

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018