Justice transitionnelle au Mali : la jeunesse s’implique avec l’appui de l’USAID

Publié le 28 décembre
Source : Dépêches du Mali

Pour donner un coup de fouet au processus de paix et de réconciliation au Mali, le réseau « Jeunes pour une justice transitionnelle inclusive au Mali » a été porté sur font baptismaux le 07 décembre dernier.  

Le réseau ambitionne de devenir une force de proposition en matière de justice transitionnelle, et un espace de débat, de sensibilisation et d’action pour accompagner le processus de justice transitionnelle et permettre aux jeunes maliens et maliennes d’être des acteurs actifs dans la dynamique de réconciliation nationale.

Ses trente-cinq propositions portent sur le fonctionnement de la Commission vérité justice et réconciliation (CVJR),  la réparation, le traitement réserve aux victimes, l’implication de la société civile et des chefs coutumiers, ainsi que les reformes structurants à mener.   Parmi les propositions que Think Peace-Mali présente, l’accélération du  fonctionnement de la CVJR, à travers la mise en place d’un plan d’action chair et ordonné pour l’accomplissement de sa mission dans le respect des délais impartis ; l’identification des victimes éligibles à la réparation sur la base de critères claires et objectifs ; le renforcement de l’implication de la société civile dans la collecte, le traitement et la documentation des cas de victimes, et des violations graves dont elles auraient fait l’objet.

Le Secrétaire SG du Ministère de la réconciliation nationale, Attaher Ag Iknane, qui a présidé les travaux, indique que l’initiative s’inscrit activement en droite ligne de la vision du gouvernement malien en matière de justice transitionnelle. « A travers une telle action, les jeunes contribueront à la réconciliation nationale », ajoute-t-il.

Pour le représentant de CVJR,  Assane Mohamed,  sa structure est très sensible à cette question de justice transitionnelle.

Selon Mme Diallo Aïchata Touré, député et vice-présidente du réseau parlementaire pour le droit de l’homme, la justice transitionnelle dont il est question ne peut se faire sans l’implication de tous les acteurs.

A noter que l’initiative de cette organisation émane de Think Peace Mali qui a pour partenaire l’Ong marocaine le Médiateur pour la démocratie et les droits de l’homme, et le Programme Accord Mali de l’USAID.

Par David Dembélé

Commentez avec facebook