Moussa Alassane Diallo aux juristes de banques : « Vous n’avez pas droit à l’erreur… »

Publié le 25 août
Source : Dépêches du Mali

Pas droit à l’erreur. Obligation de résultats. Deux expressions fortement soutenues par le président de l’association des professionnels de banques et établissements financiers (APBEF), Moussa Alassane Diallo, pour permettre aux juristes de banque de mesurer l’enjeu de leur tâche au sein des banques et établissement financiers où ils exercent. 

Le Mali accueillera en avril 2017 les Journées annuelles de l’association des juristes de banques et établissements financiers (AJBEF). A l’orée de cet évènement important, l’antenne malienne de cette organisation régionale a effectué une sortie médiatique en vue de faire connaitre ses objectifs. C’était lors d’une conférence de presse tenue mercredi au siège de l’APBEF.

Le Président de l’APBEF, Moussa Alassane Diallo, a saisi l’occasion pour rappeler le rôle combien incontournable des juristes dans une banque ou un établissement financier. A ses dires, le juriste intervient sur tous les segments d’une banque, les opérations, la fiscalité, la monétique, les risques, la sécurité… Bref, dit-il, l’avis du juriste dans les actes bancaires est incontournable car la banque est, par essence, un élément de droit.

Pour le patron des banquiers maliens, les juristes de banques ont un rôle de sécurité et de stabilisation de l’activité bancaire. Et d’avertir : « Vous n’avez pas droit à l’erreur, vous avez obligation de résultat ». Pour lui trois clés demeurent à la portée des juristes de banques : le professionnalisme, la rigueur et la connaissance des textes.

Un parcours et des ambitions

Composés essentiellement de juristes de banques, l’AJBEF réunit les juristes de banques exerçant ou ayant exercé une responsabilité juridique effective dans un établissement bancaire ou assimilé.

Selon son président, Abdoulaye Amara Touré, l’organisation qui compte plus de 70 membres, ambitionne de resserrer les liens et échanger des informations entre les membres de la profession et en dehors d’eux, accroître leur compétence, débattre et faire connaître les opinions de la profession bancaire sur tout point de droits et de faciliter le développement des contacts confraternels. « Nous œuvrerons à susciter, faciliter et publier toutes réflexions relative aux préoccupations des juristes de banque africains, à leurs objectifs et aux moyens à mettre en œuvre pour les atteindre », souligne-t-il.

De sa création en 2008 à nos jours, l’AJBEF a mené plusieurs actions dont sa participation à la relecture des textes sur le foncier, ainsi que sa participation au séminaire sur les procédures collectives. Elle organise régulièrement des sessions de formations organisées gratuitement à l’intention de ses membres au niveau des différentes institutions bancaires. 

Outre le lancement prochain  d’une revue scientifique des juristes de banque, l’AJBEF envisage la mise en place d’un système de tutorat (parrainage) des jeunes juristes de banque en vue de leur assurer une meilleure insertion dans l’environnement professionnel.

C’est en novembre 2000 que le club des dirigeants de banque a avalisé l’idée de la mise en place d’une association africaine des juristes de banques et établissements financiers.

L’urgence pour les treize membres de l’actuel bureau est de face à l’organisation des prochaines rencontres annuelles prévues au Mali en 2017.

Par David Dembélé

Depechesdumali

Commentez avec facebook