Etienne Fakaba Sissoko, Universitaire : « Il faut supprimer l’APEJ et l’ANPE ! »

Publié le 05 décembre
Source : Dépêches du Mali

En lieu et place de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) et de l’Agence pour l’emploi des jeunes (APEJ), Etienne Fakaba Sissoko prêche la création d’une banque publique d’investissement au Mali. L’universitaire a battu en brèche la politique qui sou tend l’emploi et la formation professionnelle au Mali. C’était à la faveur du sixième numéro du « Grand Débat Economique », initié par l’Association Forum de la Presse du Mali.

La question de l’emploi est très problématique au Mali. Elle est sujette à des débats souvent très tranchés. L’Association Forum de la Presse s’est intéressée à la thématique en invitant samedi dernier deux technocrates de la question de l’Emploi. Le Dr Etienne Fakaba Sissoko a admirablement confronté ses arguments à ceux du ministre en charge de la question, Mahamane Baby.

Les deux hommes sont partis en trombe avec des argumentaires très partagés sur l’état des lieux de l’emploi au Mali, les acquis et les perspectives…

D’entrée de jeu, le ministre Baby a dégainé le long chapelet de la promesse présidentielle, lequel prévoit la création de 200000 emplois d’ici à 2018. A moins de trois ans de la fin du quinquennat IBK, Mahamane Baby assure que 78000 ont déjà été crées. Le patron du département a annoncé que de vastes chantiers sont d’ores et déjà lancés. Ceux-ci visent à fixer aussi les jeunes dans leur milieu naturels à travers des emplois ruraux structurants et viables. Il a aussi évoqué certains projets dont celui  en faveur des déplacés du nord du Mali.

Le ministre a mis le doigt sur certains problèmes qui minent la dynamique du financement des projets. Il s’agit entre autres du faible taux des remboursements des projets déjà financés et de la faiblesse de l’allocation budgétaire. Pour lui, le défi c’est aussi la dotation financière qui n’excède pas 0,15%  du budget annuel.

Accusé par son adversaire d’offrir plus de faveurs aux siens, les jeunes du parti au pouvoir, au détriment des autres chercheurs d’emplois, Mahamane Baby répond : « Je ne choisi pas le financement des micro-projets sur la base de l’appartenance politique », se défend-il. 

Auteur de plusieurs travaux de recherche sur l’emploi, le Dr Sissoko, estime que les fonds déjà alloués à l’emploi et à la formation professionnelle sont mal utilisés. « Il faut que le peu qu’on donne soit déjà bien géré », lance-t-il avant de tancer vertement son interlocuteur qu’il dit ne pas être à l’écoute des jeunes. Pour lui la croissance économique est fortement tributaire d’une bonne politique l’emploi. « Les structures publiques en charge de la question de l’emploi sont déconnectées de la réalité de l’emploi au Mali », fulmine-t-il d’un ton ferme.

Le spécialiste de l’emploi estime que les structures comme l’APEJ et l’ANPE ont affiché leur limite et qu’il faille aborder la problématique de l’emploi au Mali via de nouveaux créneaux dont principalement la création d’une banque publique d’investissement.

Selon le Dr Sissoko, les maux de l’emploi au Mali demeurent entre autres, les lourdeurs administratives, la mauvaise utilisation des ressources publiques, la fiscalisation, l’inadéquation entre la formation et l’emploi…  

Par David DEMBELE

Source: Dépêches du Mali

Commentez avec facebook