Coupe du monde 2014 : AFRIQUE, UN BILAN MITIGE

Publié le 02 juillet
Source : L'Essor

Les deux derniers représentants du continent, le Nigeria et l’Algérie, sont tombés en huitièmes de finale face, respectivement à la France et à l’Allemagne. Il n’y a plus d’équipes africaines en Coupe du monde, Brésil 2014, donc pas de quart de finale pour le continent.

Les deux derniers représentants du continent, le Nigeria et l’Algérie ont été éliminés lundi en huitièmes de finale, respectivement par la France (2-0) et l’Allemagne (2-1 a.p.). Les Super eagles et les Fennecs suivent donc le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Ghana qui ont prématurément quitté la compétition dès la phase initiale.

Petite consolation pour le continent, pour la première fois deux sélections africaines ont atteint les huitièmes de finale. Lundi, Nigérians et Algériens ont tout donné contre la France et l’Allemagne, mais ils n’ont pu éviter l’élimination. En réalité, les champions d’Afrique et les Fennecs de Vahid Halilhodzic n’étaient pas favoris dans ces rencontres. Mais l’Afrique comptait sur un exploit de l’un de ses représentants, comme l’avaient fait le Ghana en 2010, le Sénégal en 2002 et le Cameroun en 1990.

En se qualifiant pour le second tour, le Nigeria et l’Algérie avaient atteint leurs objectifs. Le reste était de bonus pour eux. Contre la France et l’Allemagne, nos représentants ont très bien joué. En se hissant en 8è de finale pour la première fois de son histoire et en perdant face à l’Allemagne dans les prolongations, l’Algérie a réalisé son exploit que Medhi Lacen a encore du mal à croire.

«On peut difficilement réaliser ce qu’on a accompli aujourd’hui (lundi, ndlr) et durant cette Coupe du monde. Ce qu’on a fait efface un peu – entre guillemets – ce qu’a fait la génération 1982-1986. Nous sommes parvenus à les dépasser. C’est difficile à croire», a ainsi déclaré le milieu de terrain algérien quelques minutes après l’élimination de son équipe.

L’Algérie s’est créée les meilleures opportunités en première période avant que l’Allemagne ne décide de prendre le jeu à son compte après la pause. Même acculés devant leur camp par les Allemagne, les Fennecs ont eu des belles opportunités qui seront malheureusement mal négociées à l’image de ce tir de Islam Slimani qui trouvait les gants de Neuer (75e). Mais dès le début des prolongations Schürrle débloque le tableau d’affichage pour la Mannschaft d’une talonnade (92è min). Les buts tardifs d’Özil (2-0, 120è min+2), puis de Abdelmoumene Djabou (2-1, 120è min+3) ne changent rien.

Malgré leur élimination, les Super Eagles, sont également satisfaits de leur performance d’ensemble sur le sol brésilien. «Franchement, nous ne pouvons pas être déçus. Nous avons réussi une belle prestation et nous avons montré au monde entier de quoi nous sommes capables face à une grande nation», souligne John Obi Mikel. «Nous avons bien démarré la rencontre en tenant bon jusqu’au but. Ensuite, c’est devenu plus difficile du point de vue mental. Nous n’avions plus le temps de réagir, mais cela ne retire rien à notre performance». Les Super eagles ont fait l’un de ses meilleurs matches de ce Mondial contre la France.

Mais par manque de lucidité devant les buts adverses, ils se sont inclinés 2-0. Les Nigérians ont fait douter les Bleus jusqu’au dernier quart d’heure. Symbole de l’audace nigériane, Emmanuel Emenike a ouvert le score de près. Mais le but est refusé pour un hors-jeu peu évident. L’attaquant de Fenerbahçe a encore mis Hugo Lloris à contribution par une puissante frappe décochée du coin droit de la surface de réparation (44e). Imité par Peter Odemwingie dont le tir vicieux n’est pas passé loin de surprendre le dernier rempart de l’équipe de France (64e). Au retour des vestiaires, les Super Eagles, toujours aussi remuants offensivement, ont continué à perturber les Bleus par leur vitesse, faisant même sérieusement douter le champion du monde 1998. Mais, privés d’Onazi suite à une vilaine faute de Blaise Matuidi, (55è min), ils ont commencé à souffrir et à payer les efforts consentis.

Le portier nigerian Vincent Enyeama a longtemps retardé l’échéance (22e, 70e et 77e où il est sauvé par sa transversale), parfois suppléé par Victor Moses sur sa ligne (70e). Mais le portier lillois a fini par s’incliner sur un corner de Mathieu Valbuena. En ratant sa sortie et ne faisant qu’effleurer le ballon, il laisse tout le champ libre à Paul Pogba pour placer sa tête et délivrer l’équipe de France (79e). Coup de massue donc sur la tête des Nigérians.

Les hommes de Didier Deschamps maîtrisent désormais le jeu et marquent même un deuxième but (Joseph Yobo, csc, 2:0, 90è+2). A l’issue de la rencontre, le sélectionneur de l’équipe du Nigeria, Stephen Keshi, a démissionné de son poste avant d’estimer que les décisions de l’arbitre américain Mark Geiger avaient faussé le résultat.

«Le score ne reflète pas vraiment la physionomie du match. Je veux savoir pourquoi l’arbitre a refusé un but au Nigeria et pourquoi le ralenti n’a pas été diffusé sur l’écran géant. C’est une honte. Une défaite fait toujours mal mais quand vous voyez que votre équipe joue bien, c’est encore plus dommage de perdre dans ces conditions et ça fait mal. On ne mérite pas de perdre», a expliqué l’ancien international nigérian.

L. M. DIABY

LA GAZETTE DU MONDIAL

SUAREZ Présente SES EXCUSES

«Je me repens profondément, je demande pardon à Giorgio Chiellini et à toute la famille du football»; «Je m’engage publiquement à ne jamais plus provoquer un incident de ce type»; c’est par ces mots que l’attaquant vedette de Liverpool, Suarez a présenté ses excuses au monde du football, suite aux incidents du match Uruguay-Italie. Suarez a été suspendu 9 matches internationaux et quatre mois de toute activité dans le football pour avoir mordu Giorgio Chiellini lors de ce match. Alors qu’il avait nié avoir mordu le joueur italien dans son témoignage transmis à la Fifa, l’Uruguayen déclare cette fois-ci : «Il est certain que mon confrère Giorgio Chiellini a subi dans son duel avec moi les effets physiques d’une morsure». L’incident avait eu lieu le 24 juin à Natal lors du dernier match de poule de l’Uruguay, victorieuse de l’Italie 1-0 et qualifiée pour les huitièmes de finale.

Les images montrent Suarez venir dans le dos de Chiellini et le mordre à l’épaule. L’affaire a suscité de nombreuses réactions indignées mais Suarez a obtenu de nombreux soutiens dans son pays, dont celui du président de la République José Mujica. Le chef de l’Etat a injurié la Fifa lundi dernier, la traitant de «bande de vieux fils de putes». Mujica, qui avait dit auparavant n’avoir vu Suarez «mordre personne», a qualifié de «fasciste» la sanction infligée au joueur.

SOUPÇONS DE FRAUDE AUTOUR DE CAMEROUN-CROATIE?

Après le match Brésil-Cameroun (4-1), considéré comme « vulnérable » par la FIFA, voilà qu’une autre rencontre des Lions Indomptables lors de la Coupe du monde 2014 concentre maintenant toutes les attentions. Il s’agit du match décisif Cameroun-Croatie (0-4) qui avait entraîné l’élimination des Lions et les avait couvert de honte. D’après Der Spiegel, Wilson Raj Perumal, un Malaisien arrêté à plusieurs reprises pour paris illicites, avait annoncé le score final et l’expulsion d’un joueur camerounais en première période (Alex Song a été exclu pour un coup de coude à la 40e). « Dans cette équipe, il y a sept pommes pourries », a également posté l’individu sur Facebook avant de supprimer le message. L’affaire aurait pu en rester là mais la Fédération camerounaise de football l’a prise très au sérieux, ordonnant à son comité d’éthique d’enquêter sur ces soupçons. Dans un communiqué, la Fécafoot se dit prête à « employer tous les moyens nécessaires pour résoudre cette question dans les plus brefs délais ».

NEYMAR APTE POUR LES QUARTs DE FINALE

L’attaquant du Brésil Neymar jouera contre la Colombie en quart de finale du Mondial malgré les deux coups qu’il a reçus en huitième face au Chili. « Cela ne pose pas de problème pour disputer le match. Il suit un traitement après avoir reçu un gros coup au genou et un autre moins fort (à la cuisse). Il manquera peut-être un entraînement, mais il n’y a aucun risque pour le match », a déclaré le responsable de la communication de la Fédération brésilienne de football, Rodrigo Paiva. Il a ajouté que le défenseur David Luiz avait « beaucoup moins mal au dos » et que le milieu de terrain Oscar avait « une grande éraflure » à la cuisse.

LES PARENTS DE KHEDIRA AGRESSéS AU BRéSIL

Source: L'Essor du 02/07/2014

Commentez avec facebook