Dimanche 21 Juillet 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Yacouba Traoré, Secrétaire général de la FEMAFOOT : «Les dirigeants du Djoliba ont décidé que l’équipe jouera en 2ème division l’année prochaine»

La Fédération malienne de football (FEMAFOOT) est confrontée à une grave crise. Le problème: 4 clubs sont déjà relégués en 2ème division, pour avoir signé trois forfaits. Il s’agit du Djoliba AC, du CSK, du COB et l’Avenir Club de Tombouctou.  

Ce problème est au centre des discussions des amateurs de ballon rond. La société civile a aussi été mise à contribution pour décanter la situation, mais rien à faire. Selon le Secrétaire général de la FEMAFOOT, Yacouba Traoré, qui nous a accordé une interview, c’est un problème d’application des textes. Il fait la genèse du problème et se montre très embrassé face aux nombreuses sollicitations dont le bureau fédéral fait l’objet ces derniers temps par rapport à cette crise.

La Fédération malienne de football est confrontée à une crise depuis un moment. Peut-on savoir quel est le problème?

Yacouba Traoré: Je réponds qu’on n’est pas confrontés à une crise. Il y a un litige technique. Bien sûr, il y a beaucoup d’interprétations autour de ce litige, de part et d’autre. C’est un problème technique. De notre point de vue, nous ne sommes pas confrontés à une crise. Parce que nous n’avons pas géré une crise pour qu’il y ait une conséquence. Il y a juste un litige technique autour de la gestion du championnat national.

Quel est le vrai problème, alors?

Le problème, c’est qu’il y a un dysfonctionnement dans notre programmation, né d’une incompréhension de gouvernance, à partir d’une assemblée générale ordinaire que certains voulaient transformer en assemblée élective. Tout est parti de là. Pour nous, c’était un problème de gouvernance qui devait se régler à un certain niveau. Problème de gouvernance pourquoi? Il s’agit d’être membre de la fédération ou pas. Présentement, le litige auquel nous faisons face est technique. Certains clubs ont refusé de jouer. C’est pour cela que nous disons qu’il y a un litige technique auquel nous devons apporter une gestion technique, qui concerne l’application de certains textes. Donc, il faut recentrer le débat. Le mot crise me dérange un peu.  Le championnat national est ouvert habituellement aux clubs de ligue 1. Il y a un règlement intérieur élaboré de façon consensuelle. Parce qu’il y a eu une crise de gouvernance, certains clubs ont estimé que tant cela n’était pas réglé, ils ne joueraient pas.  C’est leur droit. Ils sont libres de participer ou de ne pas le faire. Si vous participez, vous avez des avantages. Si vous ne participez pas, il y a des conséquences. Dans le premier cas, vous avez des avantages financiers. Parce que chaque club participant au championnat a empoché 10 millions de FCFA pour démarrer. Après, on doit verser aussi10 autres millions de FCFA. Donc, les 16 clubs qui ont accepté de participer à la compétition ont empoché chacun 10 millions FCFA. Ces avantages financiers vous obligent à compétir. C’est ce qui pose problème. Ils ont empoché l’argent et, après, ils ont refusé de compétir, en signant des forfaits. Ces forfaits sont règlementaires et sanctionnés par des textes. A la date d’aujourd’hui, il y a au moins quatre clubs qui ont signé trois forfaits. Ce sont le Djoiliba, le COB, le CSK et l’Avenir Club de Tombouctou. Le règlement est clair. Il dit que quand vous signez trois forfaits, vous êtes forfait général. Quand vous êtes forfaits général, automatiquement vous êtes relégué en division inférieure. Et vous ne pouvez plus participer aux compétitions de votre catégorie. C’est l’article 38 du règlement spécial du championnat national de ligue 1 Orange qui le dit. C’est comme on le dit à l’école: vous faites une année blanche.

Donc cette décision est irrévocable, malgré la médiation de la société civile?

Vous savez, le football est sensible. En football, la médiation doit se faire sur la base des textes. Je vous l’ai dit, les problèmes de gouvernance peuvent être dirigés contre quelqu’un. Ça peut être dirigé contre le Secrétaire général. L’enlever de son poste, c’est très facile. Mais, par contre, ce qui est difficile, c’est d’enlever à un club son mérite. Regardez un club comme le Mamahira, qui s’est déplacé jusqu’à Tombouctou avec tous les risques. Avenir Club, qui est sur place, signe forfait. Le règlement dit que c’est le Mamahira qui empoche les trois points. Moralement, pouvez-vous enlever les trois points au Mamahira pour les remettre sur tapis vert parce qu’il y a consensus? Je vais vous donner un autre exemple concret. Si le Mali dit qu’il ne veut pas de Hayatou ou de Blatter, est-ce que, pour autant, cela veut dire que le Mali ne doit pas participer aux compétitions? C’est cela le vrai débat. Par rapport aux dispositions règlementaires dont je vous ai parlé, il clair que quand vous signez trois forfaits, consécutifs ou non, vous êtes relégués en division inférieure. Il y a un règlement spécial du championnat 1997 – 1998, élaboré par la fédération et signé par l’actuel président du Djoliba, Tidiane Niambélé, qui le dit exactement comme cela. C’est pour vous dire qu’il y a des grands principes. Maintenant, si vous voulez faire un règlement à l’amiable, en faisant intervenir la société civile, est-ce que vous pouvez violer cette disposition? Vous la violez pour faire plaisir à une partie et l’autre va se sentir lésée. Est-ce que cette partie va accepter cela? C’est ce qui rend difficile la gestion du football.

Voulez-vous dire que la décision est irrévocable? Le Djoliba, le COB et les autres vont descendre en 2ème division?

Ce sont les textes qui la rendent irrévocable. Les textes n’ont rien fait pour que ces clubs soient en division inférieure. Les textes disent si vous faites ça, voici les conséquences. Quand vous faites quelque chose, vous acceptez les conséquences. C’est comme la Constitution du Mali, qui donne un mandat de 5 ans au Président de la République. Est-ce que, avant sa fin, vous pouvez toucher à ce mandat? Comme je l’ai dit plus haut, notre règlement de cette année dit exactement la même chose que celui de Tidiane Niambélé, qui était Secrétaire général de la FEMAFOOT à l’époque. Ce texte, on ne l’a pas fait contre ou pour le Djoliba, le CSK, le COB ou l’Avenir Club de Tombouctou. Deuxièmement, ceux qui se rebellent sont 4, sur les 16 clubs que compte le championnat national. Est-ce que ces 4 équipes sont majoritaires? Doit-on doit sacrifier l’intérêt des 12 autres clubs au profil de ces 4? Les gens se disent que le Djoliba est un grand club. Je l’accepte. Le Djoliba est vraiment un grand club. Mais il faut bien que les dirigeants de ce club le comprennent, au premier chef. Le Stade malien et le Réal de Bamako ne sont pas des petits clubs. Donc, le jugement va être à la tête du client? Nous sommes vraiment embarrassés. Mais c’est cela le problème.

Certains disent que vous n’avez été attentifs à leurs doléances?

Quand l’élève refuse de rentrer dans la classe parce qu’il proteste contre son professeur, est-ce cela veut que celui-ci ne doit pas dispenser son cours aux autres?. Attentif par rapport à quoi? Vous parlez de l’assemblée générale. Je vous ai dit que cela était un problème de gouvernance. Ils pouvaient attendre.

Quel est ce problème de gouvernance dont vous parlez?

Il y a des gens qui étaient là avant et qui assumaient des responsabilités. Quand vous regardez le problème en face, Moussa Konaté, Boubacar Monzon Diarra, Vieux Makan, font partie de l’ancien bureau, qui ont été battu à Mopti. Dans le bureau actuel, Yeli était Président de la commission des finances. Il a hérité d’une jurisprudence ici. C’est l’ancien Président de la FEMAFOOT qui l’a créée. Selon cette pratique, c’est le Président de la commission des finances qui signe les chèques de fonctionnement. C’est la FIFA qui a dit non à cela, en expliquant que c’est le Président de la commission des finances qui supervise. Il ne peut pas gérer. La gestion, c’est le Secrétaire général et le Président. Le Président est l’ordonnateur. Le Secrétaire général gère et lui, il contrôle. Yéli n’était pas content. Il a essayé de geler nos comptes au niveau des banques et il a été sanctionné par le bureau. On a prononcé sa suspension jusqu’à la prochaine assemblée. Son ami juriste n’était pas content, il a démissionné par solidarité. Et le Djoliba a choisi celui qui a démissionné du bureau pour le représenter à l’assemblée générale. Vous voyez déjà la provocation. C’est à ce niveau qu’il y a eu un dysfonctionnement. Ils ont écrit à la FIFA en disant qu’il y a eu ceci et cela et que c’est pourquoi ils ont tenu une assemblée extraordinaire. L’instance suprême du football a répondu qu’elle ne reconnaissait pas leur assemblée générale. Elle a précisé qu’elle reconnaissait seulement celles organisées par le bureau légal. La FIFA est allée jusqu’à dire que, désormais, s’ils veulent s’adresser à elle, ils doivent passer par le bureau légal. Car, selon la FIFA, elle communique traditionnellement avec ses associations membres. Vous voyez, avec leur minorité mécanique ils veulent montrer qu’ils sont plus forts. Nous n’allons jamais cédé. Tout consensus qui n’est pas en accord avec les textes, nous ne l’accepterons pas.

Donc, l’année prochaine, on doit s’attendre à ce que le Djoliba et les autres clubs jouent en 2ème division?

Le Djoliba est déjà en 2ème division. Ça c’est fini, il n’y a plus rien à faire. Ce n’est pas de notre volonté. Ses dirigeants ont décidé qu’il joue en 2ème division l’année prochaine. Demain, chacun va répondre de ses actes. Nous nous avons fait un règlement pour tous, pas contre un club.

Quelle est la situation aujourd’hui?

La situation c’est qu’aujourd’hui notre programme continue. Le règlement est clair. Quand vous signez trois forfaits, on vous relègue.

Comment allez-vous faire pour organiser la montée en Ligue Orange avec ces 4 clubs relégués en 2ème division, alors que, d’ordinaire, ce sont 3 équipes qui descendent?

Dans le règlement spécial du Président actuel du Djoliba, il y avait 12 clubs. 2 descendaient et 2 montaient. Dans le nôtre, il y a 16 clubs. 3 descendent et 3 montent. Sur les 16 clubs, puisque 4 ont signé forfait, nous allons voir combien il faut en ajouter ou s’il faut continuer avec les 12 clubs. C’est l’assemblée générale de l’année prochaine qui va déterminer cela. C’est le championnat de 2ème division, au niveau des ligues, qui permet d’organiser la montée. Il n’est pas encore terminé. C’est après qu’on organise la finale, pour la montée. Là aussi, il faut un règlement spécial. Dans ce règlement spécial, nous sommes libres de décider qu’au lieu de 3, ce seront 4 clubs qui monteront l’année prochaine en Ligue 1. Pendant l’assemblée générale, nous pouvons le proposer. L’assemblée est souveraine. Elle peut décider de garder le championnat à 12 clubs. Ce que je  veux dire, c’est que si tous les clubs avaient signé 3 forfaits, c’est l’ensemble qui aurait été relégué en 2ème division. Lors de la rédaction de ce règlement, personne ne pouvait imaginer que ce cas de figure allait arriver. La saison prochaine, même si on ramène le nombre à 100 clubs, c’est fini pour eux. Ils ne pourront pas jouer en 1ère division.

Interview réalisée par Youssouf Diallo

Source : 22 Septembre du 14/05/2015

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La république des maquettes 3D (Rediffusion)

18 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] CAN 2019: une finale inédite

19 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2019