Ligue des champions: Neymar assomme le PSG

Publié le 22 avril
Neymar et le FC Barcelone ont largement dominé le PSG en quart de finale de la Ligue des champions.Reuters / Albert Gea

Le PSG n'a pas réussi l'exploit sur le terrain du FC Barcelone, nettement supérieur, en quart de finale retour de la Ligue des champions. Battu 3-1 au Parc des Princes, le champion de France a été largement dominé par les coéquipiers de Neymar, auteur d'un doublé, qui se qualifient pour le dernier carré de la compétition (2-0).

Le suspense n'aura pas duré bien longtemps. A peine quatorze minutes. Mais en existait-il réellement un ? La veille de ce quart de finale retour, Laurent Blanc n'affichait déjà pas le visage d'un entraîneur convaincu d'un improbable exploit lors de la traditionnel conférence de presse d'avant-match. Et s'il a réellement cru à une éventuelle demi-finale pour le PSG, après deux échecs à ce stade de la compétition lors des deux dernières saisons, la mine déconfite de son banc de touche après l'ouverture du score puis le doublé de Neymar traduisait bien l'impuissance et le désarroi de ces Parisiens complètement dépassés sur la pelouse barcelonaise.

Malgré le retour d'Ibrahimovic et de Verratti, suspendus à l'aller, le PSG n'a pas existé,comme au Parc des Princes six jours plus tôt. Etouffé par le pressing ininterrompu des coéquipiers d'Iniesta, il a même flanché rapidement lorsque ce dernier, auteur d'un magnifique slalom entre Cavani, Cabaye puis Verratti arrive à servir un caviar à Neymar dans le dos de David Luiz, une fois de plus dépassé par la vitesse des attaquants adverses (1-0, 14e).

Trop de déchets du côté du PSG

Victorieux à Nice le week-end dernier (3-1), les Parisiens, trop timides et peu entreprenants dans le jeu, n'ont jamais réussi à mettre en danger Ter Stegen et la défense catalane. Face à des adversaires coupables de déchets techniques inhabituels, à l'image d'un Pastore qui a multiplié les gestes approximatifs, ce sont les leaders du championnat d'Espagne qui ont offert un récital à leur public, permettant à Luis Enrique, l'entraîneur blaugrana, de décrocher une 42e victoire en 50 rencontres depuis son arrivée à la tête du FC Barcelone. Sur un centre de Dani Alves, Neymar, de la tête, s'offre même un doublé (2-0, 34e) pour le 1 000e but du club en compétition européenne.

Les rêves d'un incroyable quadruplé pour les dirigeants parisiens désormais évanouis, le PSG, rapidement résigné, devra à présent se concentrer sur son duel avec Lyon pour décrocher un troisième titre hexagonal consécutif. Avant d'affronter Auxerre, club de Ligue 2, en finale de la Coupe de France le 30 mai. Pas sûr néanmoins que cela ne contente les ambitieux propriétaires du club...

« Ils sont plus forts, c'est tout »

Salvatore Sirigu (au micro de Canal+) : « Ils sont partis très forts. Ils ont renversé notre plan de jeu. Ils sont vraiment forts. On ne peut rien dire. Il faut admettre qu'ils sont plus forts, c'est tout. C'est la première fois qu'on est éliminés en quarts de finale en perdant deux matchs, mais parfois, dans le foot, c'est simple. Il n'y a rien à ajouter. »

Neymar (au micro de Canal+) : « On a fait un grand match, quasiment un plus grand match qu'à Paris. Je suis entouré de grans joueurs, de "cracks". Je vis un rêve. Mais le plus important, c'est de continuer à gagner. »

Commentez avec facebook