Vendredi 19 Juillet 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Compétitions africaine : Qualification de nos clubs : Un week-end fructueux

Nos clubs, le Djoliba AC et les Onze Créateurs en coupe CAF, le Stade malien de Bamako en ligue des champions se sont tous qualifiés pour le prochain tour de ces compétitions.

Rarement nos clubs ont réalisé de tels résultats positifs et collectifs, et à ce niveau de la compétition. Voilà pourquoi il faut se battre pour maintenir le cap du quota des quatre représentants dans les compétitions africaines. Et cela pour cause.

-Primo, cela donne plus de visibilité à notre football ;

Secundo avec quatre  équipes  engagées  les chances de qualifications sont diversifiées.

Comme c’est le cas aujourd’hui.

A titre de rappel lors des matches aller, le Djoliba et les Onze Créateurs s’étaient imposés à Bamako  par le même score de 2 buts à 1, face respectivement au Petro jet d’Egypte et FC Sahel du Niger. Et le Stade malien de Bamako a réalisé un exploit au Gabon en s’imposant par 3 buts 1 devant le Manga Sports.

Si d’emblée l’analyse de ces trois résultats concluait une qualification quasi assurée des Blancs de Bamako, cependant bon nombre de supporters  étaient pessimistes par rapport à une éventuelle qualification du Djoliba AC et des Onze Créateurs de Niarela. Parce qu’une courte défaite  d’un but 0  au match retour leur éliminait.

Certes les Rouges de Hèrèmakono se trouvaient  en un moment donné dans une zone de turbulence, et que l’équipe de Niarela manque d’expérience sur l’échiquier continental. Mais force est de reconnaitre aussi que le football a ses aléas. C’est-à-dire que tout peut arriver à tout moment. Les matches nuls de 0 but partout enregistré par nos deux clubs en Egypte et au Niger confirment cette assertion.

Pour le cas précis du Djoliba, cette qualification n’est  que le respect d’une tradition d’antan. Pour qui connait les Rouges de Bamako, ils ont toujours relevé le défi dans les situations difficiles, et surtout à l’extérieur. En effet dans les années 1980 la génération des Idrissa Traoré dit Poker, Abdoulaye Koumaré Muller, Bourama Traoré, Ousmane Diallo, Mamadou Doumbia Wolof et autres avaient ce secret dont l’origine résidait dans la complicité qui les liait à leur maître, Karounga Keïta dit Kéké.

Aujourd’hui l’essentiel demeure la qualification, le Djoliba l’a acquise grâce à l’engagement des dirigeants malgré les difficultés que traverse le club ces derniers temps.

En huitième de finale aller les Rouges de Bamako rencontreront le Hearst of Oak d’Accra. C’est le moment pour les dirigeants de faire économie des petits détails, des faux débats et s’intéresser à l’essentiel. Autrement dit requinquer le moral des jeunots, en créant  les meilleures conditions, tout en évitant de leur mettre la pression. L’équipe Ghanéenne est loin d’être une foudre de guerre, surtout cela fait très longtemps qu’elle n’est pas arrivée à ce stade de la compétition.

Ses exploits remontent en 2000 avec le titre de champion d’Afrique, et 2004 quand elle a battu en finale de la coupe CAF son homologue Ashanti Kotoko de Kumasi. Dès lors elle est en perte de vitesse. Nul n’est sans savoir que le football Ghanéen est purement technique, mais l’engagement et la détermination des Rouges pourront faire la différence. Il s’agira  seulement de se mettre à l’abri dès le match aller, et le reste va se gérer dans le temps.

Les Onze Créateurs qui se trouvaient dans la même situation que le Djoliba ont  également gagné le pari. C’est une qualification historique pour l’équipe de Niaréla, novice dans les compétitions Africaines. Elle affrontera l’Asec Mimosa d’Abidjan avec match aller à Bamako. Là aussi la carte est jouable face à une équipe qui est à la recherche d’un second souffle, malgré sa présence sur le plan continental.

C’est-à-dire que ce n’est plus l’Asec de la fin des décennies 90 ou l’académie du Français Jean Marc Guirou formait des jeunes talentueux. Pour preuve l’année dernière l’as Réal en coupe CAF,  après un match nul d’un but partout à Bamako, est allé accrocher l’Asec à Abidjan en enregistrant un nul vierge. Puisque tous les matches aller se joueront à Bamako, une fois de plus tout doit être fait pour aborder le match retour dans la sérénité.

Paradoxalement, le troisième match considéré comme une simple formalité (au vue du résultat du match aller), a connu un début difficile. Les Gabonais du Manga Sports ont ouvert le score dès la 5èmeminutes sur coup franc. Logiquement ce but a pris à dépourvu l’équipe de Sotuba. Mais elle finira par se retrouver et renverser la tendance en s’imposant par deux buts à un. Pour le dernier tour pour accéder à la phase de poule de la ligue des champions, le Stade malien affrontera le TP Mazembé de la République Démocratique du Congo.

Les matches aller de nos trois clubs se joueront dans le week end des 17, 18 et 19 avril 2015. Et les matches retour sont prévus deux semaines après.

Il reste quatre matches sous la forme de huitième de finale pour accéder à la phase de poule de la coupe CAF, pour le Djoliba et les Onze Créateurs.

En cas de victoire sur l’ensemble des deux matches contre le TP Mazembé le Stade malien se retrouvera pour la première fois de son histoire  en phase de poule de la ligue des champions. Dans le cas contraire   il sera reversé dans la coupe CAF où il rejoindra nos deux clubs. Mais faudrait-il que ceux-ci se qualifient aussi à l’issue de leurs rencontres face au Hearts of Oak d’Accra et l’Asec d’Abidjan.

Une chose est sûre, pour rentrer dans la cour des grands, il faut battre des grands. Cette vérité absolue ne doit –elle pas être le slogan de nos trois clubs en abordant les différents matches ?

Roger Sissoko

Source: L'Aube du 09/04/2015

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La république des maquettes 3D (Rediffusion)

18 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] CAN 2019: une finale inédite

19 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2019