Mardi 17 Septembre 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mamoutou Touré, président de la Femafoot : «Nous allons travailler avec tous les acteurs du football»

A l’issue du scrutin qui s’est soldé par sa victoire, le nouveau patron du football malien a tendu la main à ses adversaires, les invitant à se joindre à lui pour la relance du sport roi dans notre pays. Il a souhaité la création d’un cadre de concertation pour une sortie définitivement de cette crise

Il était 12h20, hier, dans la salle Modibo Keïta du Centre international de conférence de Bamako (CICB), quand Salaha Baby et Alassane Souleymane sont venus féliciter Mamoutou Touré « Bavieux » pour son élection à la tête de la Fédération malienne de football. L’ambiance était très détendue entre les trois candidats qui étaient bras dessus, bras dessous à l’issue du scrutin. Les perdants ont fait preuve de fair play en reconnaissant leur défaite. Le vainqueur a fait montre d’humilité en affichant sa volonté de rassembler la famille du football afin de mettre fin à cette crise qui n’a que trop duré. La démocratie a triomphé, le football malien a gagné.

Ces trois hommes étaient les têtes de liste des trois dossiers de candidature pour les élections du nouveau comité exécutif de la Femafoot. Tous les 62 délégués étaient présents et la liste conduite par Mamoutou Touré « Bavieux » a recueilli 32 voix contre 30 pour celle dirigée par Salaha Baby tandis que la liste d’Alassane Souleymane n’a pas obtenu de voix.

L’assemblée générale élective de l’instance dirigeante du football malien a donc pris fin sur de bonnes notes. Un ouf de soulagement non seulement pour les amateurs du sport roi dans notre pays mais aussi pour les officiels présents : le représentant du ministre de la Jeunesse et des Sports, Mahamadou Sidibé, la présidente du Comité de normalisation de la Femafoot, Mme Daou Fatoumata Guindo, le directeur du développement et des associations membres de la FIFA pour les régions Afrique et Caraïbes, Veron Mosengo Omba, le représentant de la CAF, Jacques Anouma.

UNE VICTOIRE COMMUNE- Le directeur du développement et des associations membres de la FIFA pour les régions Afrique et Caraïbes, Veron Mosengo Omba, n’a pas caché sa satisfaction. Pour lui, cette réussite de l’assemblée générale élective est une victoire pour le football malien. « J’aimerais demander à Salaha Baby et Alassane Souleymane d’épauler le nouveau président parce que la tâche est immense. Aujourd’hui, c’est la victoire du football malien », a déclaré Veron Mosengo Omba qui a assuré le nouveau président de la Femafoot du soutien de l’instance dirigeante du football mondial. « La FIFA sera toujours derrière le nouveau bureau pour développer le football dans ce pays de football », a-t-il indiqué.

Veron Mosengo Omba a aussi annoncé une séance de travailler avec nouveau président de la Femafoot et la planification d’une visite de Mamoutou Touré à Zurich pour rencontrer Gianni Infantino, le président de la FIFA. Il a remercié le Comité normalisation qui a fait « un travail remarquable » et tous les délégués.

Pour la présidente du Conor, il n’y a pas eu de vainqueur ni de vaincus. « Il s’agit d’une victoire commune, d’une victoire dont nous pouvons tous nous réjouir, bref d’une victoire du Mali et des Maliens. Bravo à vous tous », a ajouté Mme Daou Fatoumata Guindo. Elle a dirigé le football malien pendant 20 mois en compagnie de Me Mamadou Gaoussou Diarra, Me Issouf Diallo, Mamadou Samaké « Samdjéma », Dr Losseni Bengaly.

L’élection du nouveau bureau marque aussi la fin du Conor. « Un bureau a été régulièrement et démocratiquement élu. Dès lors, il appartiendra à tous de s’aligner dernière cette instance, d’œuvrer dans le sens de l’union, de la cohésion et de l’entraide », a conseillé la présidente du Conor, avant de s’adresser au nouveau bureau. « Je demande au nouveau bureau de ne pas oublier que nous revenons de très loin. La crise a été très dure et pénible pour le football malien. Le nouveau bureau a une grande responsabilité. Sa tâche n’est pas facile, il doit se saisir de cette occasion historique pour rassembler tous les acteurs du ballon rond, travailler dans le sens de l’unité, de l’apaisement, dans le respect des textes, et du progrès pour le triomphe du football malien». Pour terminer, la présidente du Conor a remercié l’Etat et tous ceux qui, de près ou de loin, ont travaillé dans le sens d’un dénouement heureux de cette crise.

 

LA PAIX ET LA RECONCILIATION- Le nouveau président de la Femafoot a également déclaré qu’il n’y a pas de gagnant ni de perdants, avant de rendre hommage ses « jeunes frères Salaha Baby et Alassane Souleymane » et souhaiter aller à la FIFA, accompagné de deux candidats malheureux. « Ce sont des hommes de football. Salaha Baby, je l’ai connu très engagé auprès de la J.A., auprès de sa ligue et tout l’effort qu’il déploie pour le football malien. Je ne peux pas, que cela puisse me coûter, tenter d’aller sans Salaha », a-t-il insisté.

Dans son allocution, Mamoutou Touré « Bavieux » a prêché la paix et la réconciliation. « Oublions tout ce qui s’est passé. Considérons que nous sommes une famille, que le football se joue dans un environnement sain. Je vous en prie, mettons-nous ensemble pour qu’on puisse faire face à l’essentiel », a plaidé le nouveau président de la Femafoot tout en souhaitant la création très rapidement, d’un cadre de concertation entre tous les acteurs du football, toutes tendances confondues, pour une sortie définitivement de cette crise.

Mamoutou Touré « Bavieux » a ensuite salué le « travail extraordinaire » du Conor et demandé le soutien de l’Etat à cet élan. « Personne n’imaginait qu’aujourd’hui, on aurait pu mettre un comité exécutif avec tant de sérénité, sans aucun problème. Cela est dû en grande partie au travail accompli par le Conor, mais aussi à la sagesse et la modération de chacun de vous dans cette salle ».

Bavieux s’est engagé à faire en sorte que personne ne soit laissée pour compte. « Nous allons travailler avec tous les acteurs du football. Sachez que le football, c’est ce qui nous unis le plus », a-t-il souligné.

S’adressant aux délégués, il leur a prié de véhiculer le message de réconciliation, de paix. « Il faut que chacun, au niveau de sa base, puisse véhiculer ce message que Salaha et moi, nous avons pris l’engagement de travailler ensemble, qu’il n’y aura plus de problème entre nous et que cela puisse se répercuter au niveau de nos bases ». Pour finir, il a prié le bon Dieu qui a permis que ce jour soit consacré à l’élection d’un nouveau bureau de la Femafoot.

Interrogé après la cérémonie de clôture, Modibo Coulibaly, un colistier de Salaha Baby a indiqué qu’ils sont prêts à accompagner le nouveau bureau. « C’est comme un match de football, ils ont gagné, nous les félicitons. Nous pensons que la main tendue est sincère, si elle l’est, il n’y a pas de problème. Nous nous sommes battus pendant 4 ans pour le respect des textes et la bonne gouvernance. Tant que les textes sont respectés, nous les accompagnons. Dès l’instant qu’ils virent et essaient de prendre le football malien en otage, ils nous trouveront sur leur chemin », a-t-il martelé.

Le représentant du ministre de la Jeunesse et des Sports, Mahamadou Sidibé, a dévoilé que ce résultat répond aux promesses faites par les candidats, c’est-à-dire, une élection apaisée dans laquelle seul le football sortira grandi. « C’est bien arrivé. Qui l’aurait cru, il y a deux mois ? C’est le propre du Mali. Nous sommes un grand pays et nous savons relever les défis », a indiqué Mahamadou Sidibé qui a remercié le Conor pour le travail abattu.

L’équipe conduite par Mamoutou Touré « Bavieux » va diriger le football malien pendant les quatre prochaines années. Les observateurs estiment qu’avec cette élection, la crise du football malien, qui a éclaté au grand jour, le 10 janvier 2015, est désormais terminée. Le Comité exécutif de la Femafoot est composé de 16 membres. Le président Mamoutou Touré « Bavieux » procédera très prochainement à la répartition des postes.

Ladji M. DIABY

 

LA LISTE DU NOUVEAU COMITE EXECUTIF:

Mamoutou Touré, président

Sékou Massiré Sylla

Sekou Diogo Keïta

Lassana Kouma

Kassoum Coulibaly

Colonel-major Brahima Diabaté

Ichaka Diakité

Mohamed Séga Sissoko

Boubacar Karamoko Coulibaly

Hassane Cissé

Adama Sangaré

Toubaye Koné

Sidi Bekaye Magassa

Mme Djila Assitan Diallo

Brahima Sangaré

Mme Aminata Diallo

 

LES PRESIDENTS DE LA FEDERATION MALIENNE DE FOOTBALL

1960-1968 : Tiecoura Konaté

1968-1971 : Mamadou Aw

1971-1978 : Amadou Kané

1978-1979 : Cheickna Hamalla Siby

1979-1982 : Sory Ibrahima Konandji

1982-1985 : Seydou Thiam

1985-1988 : Cheick Oumar Diarra

1988-1992 : Ousmane Diarra

1992-2002 : Amadou Diakité

2002-2005 : Tidiani Niambélé

2005-2009 : Salif Keïta

2009-2013 : Hamadoun Kolado Cissé

2013-2017 : Boubacar Baba Diarra

2018-2019 : Mme Daou Fatoumata Guindo (Conor)

29 août 2019 : Mamoutou Touré

 

Le parcours de Mamoutou Touré « Bavieux »

 

Né en 1957 à Bamako, Mamoutou Touré « Bavieux », membre du Comité exécutif de la FEMAFOOT (2013-2017), connaît bien les rouages du football malien. Son aventure en tant que dirigeant et administrateur du football débute en 1987 quand il hérite du secrétariat administratif du Réal de Bamako. Il gravit les échelons au sein de l’équipe de Djicornoni-Para. Membre de la section football du club (1989-1990), secrétaire général adjoint (1990-1991), il occupe le poste de secrétaire général de1991-1993. Il occupe également des postes à la Ligue football de Bamako : Vice-président de la Commission Finances (1992-1993) et président de la Commission régionales des arbitres (1993).

Cette ascension fulgurante le propulse à la Fédération malienne de football. Bavieux, comme appellent familièrement les supporters, intègre la FEMAFOOT en 1994, en qualité de président du football féminin. Il occupa dans la même mandature successivement le poste de président de la commission des programmes (1994-2000), celui de vice-président de la commission technique (1994-2002). Entre 2002 et 2005, il dirige la Commission des jeunes.

Après une petite pause, Bavieux revient dans le Comité exécutif de la fédération en 2013 à la faveur de l’élection de Boubacar Baba Diarra. Nommé président de la Commission du football professionnel, il devient successivement 2è vice-président de l’instance dirigeante du football malien en novembre 2015 suite au départ de Salaha Baby du Comité exécutif et premier vice-président en juillet 2016 après la nomination de Boukary Sidibé « Kolon », alors occupant dudit poste, comme ambassadeur du Mali aux Emirats Arabes Unis. Simultanément à son mandat au Comité exécutif de la FEMAFOOT (2013-2017), il fut membre de la Commission sponsoring et marketing de la Confédération africaine de football (CAF). Et déjà depuis 2012, il est commissaire de matches de la CAF. Depuis 2009, il est membre du directoire puis 1er Vice-président du Réal de Bamako.

Mamoutou Touré « Bavieux » est un inspecteur des finances. Il est détenteur d’un diplôme de master en audit et contrôle de gestion, d’une licence en sociologie, décroché à l’Université de Berlin, en Allemagne. A l’Assemblée nationale, où il occupe, depuis 2014, le poste de directeur des services administratifs et financiers, il a gravi tous les échelons. Parcours qu’il a commencé en 1984, comme chef de service matériel et transport. Il devient par la suite chef de section, chef de division, directeur adjoint des services administratifs et financiers. Toutes ces promotions sont soutenues par des séminaires de formation à l’extérieur (Canada, France, Belgique, Dakar, Burkina Faso, etc.).

Bavieux a fréquenté le lycée de Sankoré, section « Lettres modernes » (1976-1980) et obtenu le DEF en 1975.

BOUBACAR KANTE

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Mamadou I Konaté multiplie les sorties contre le régime : « 10 ans d’incapacité à offrir la justice et le bonheur, soigner et assurer l’éducation aux gens dont on abuse durant des campagnes électorales en les volant et mentant juste pour engranger leurs voix et se maintenir 5 puis 10 ans au pouvoir frauduleusement et illégalement »

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Self-défense et autodéfense

17 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] CPI: toujours pas de liberté définitive pour Laurent Gbagbo

17 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2019