Samedi 17 Août 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Ligue des champions d’Afrique : STADE MALIEN-HOROYA, LES BLANCS AU PIED DU MUR

Sous la houlette de son nouvel entraîneur, Djibril Dramé, l’équipe de Sotuba a fait une préparation intensive et se dit prête à en découdre avec le champion de Guinée

Dans sa politique d’harmoniser le calendrier des compétitions africaines de clubs et de l’aligner sur celui de l’Europe, la CAF a décidé de ramener l’ouverture des deux coupes africaines des clubs au mois d’août.

Ainsi, dans le cadre du tour préliminaire de la Ligue des champions d’Afrique, le Stade malien affronte le Horoya AC de Conakry, demain samedi au stade Modibo Keïta. Ce match apparaît comme un choc entre deux voisins qui se connaissent bien.

Mais les Guinéens connaissaient leur calendrier depuis plusieurs mois et savaient qu’ils allaient participer à la prestigieuse compétition, ce n’est pas le cas pour le Stade malien qui, à l’instar des autres clubs maliens, était dans le flou total. La faute, à la crise du football qui a paralysé le ballon rond malien et fait planer le doute sur la participation de notre pays aux joutes continentales, y compris la CAN, Egypte 2019. Ainsi, c’est au dernier moment que nos deux représentants en Ligue des champions et en coupe CAF ; à savoir : le Stade malien et le Djoliba ont été informés de leur qualification pour la campagne 2019-2020.

L’année dernière, les Stadistes (en blanc) ont été éliminés, dès le premier tour par l’ASEC d’Abidjan

Bien sûr la nouvelle a été accueillie avec soulagement par toute la planète foot du pays, mais ce bonheur de voir nos clubs participer aux deux coupes africaines cachait mal l’inquiétude des inconditionnels, par rapport au timing. Supporters, responsables et dirigeants se sont posés cette question : le Stade malien et le Djoliba seront-ils prêts avant leur entrée en lice ? Sur le plan technique, la réponse est claire et ne saurait souffrir de contestation : c’est impossible pour un club privé de championnat depuis trois ans de rivaliser avec l’élite. Dès lors, on peut deviner ce qui attend les Blancs de Bamako, demain face au Horoya, au compte des préliminaires aller de la Champion’s league. La mission de l’équipe de Sotuba s’annonce d’autant plus compliquée que le club guinéen évolue à ce niveau depuis plusieurs années et fait partie, aujourd’hui, des formations émergeantes du continent. Le nouvel-ancien entraîneur, Djibril Dramé n’a eu que trois semaines pour préparer la rencontre et le technicien a dû puiser dans l’équipe junior pour compléter son effectif.

«Nous étions en train de préparer la nouvelle saison et contre tout attente, la Ligue des champions d’Afrique nous a été parachutée. Après l’annonce, on était obligé d’effectuer le travail foncier pendant la première semaine. Nous avons disputé des matches amicaux dans la 2è semaine pour requinquer les joueurs. Nous faisons en sorte que les joueurs qui composent l’effectif puissent être compétitifs», a confié Djibril Dramé. Au total, le Stade malien a disputé 7 matches en une semaine.

Les Blancs ont rencontré, successivement le Réal (2-3), l’AS Black Star (5-2,), Yeelen olympique (2-2), l’équipe nationale U20 (0-0), l’USFAS (0-1), l’AS Police (4-2) et l’ASOM (1-0). Le briscard Mamadou Coulibaly a été le joueur le plus en vue, lors de ces rencontres de préparation, inscrivant 11 buts. «Ces rencontres ont été utiles, parce qu’elles nous ont permis de tirer des enseignements et de faire quelques réglages sur le plan offensif et défensif», souligne Djibril Dramé qui a travaillé sans les internationaux qui étaient retenus en équipe nationale locale pour le match Mali-Guinée-Bissau (3-0 pour la sélection malienne).

Concernant son adversaire, Djibril Dramé dira : «Le Horoya est une grande équipe qui mérite respect. C’est un gros morceau, une équipe nationale bis car il y a 9 joueurs de nationalités différentes au club». Cependant, le technicien reste serein. «Nous comptons aborder le match avec beaucoup de solidité et de concentration. C’est vrai, il n’y a pas de compétitions chez nous et nous avions également arrêté les entraînements. Mais si une occasion se présente, pourquoi ne pas la saisir ? Nous sommes en train de préparer mentalement les joueurs. Les sélections nationales cadettes et juniors ont montré la voie aux clubs. Si le message passe bien et que les jeunes acceptent de travailler et de faire un dépassement de soi, on peut tirer notre épingle du jeu», insistera le technicien.

L’arrière gauche, Baboua Fofana affiche son optimisme pour le match. «C’est un match très important pour nous, il sera très difficile, mais si on respecte les consignes de l’entraîneur et si on se donne à fond sur le terrain, le coup est parfaitement jouable. Notre objectif est d’entrer dans la phase de poule et on se battra pour ça», a martelé le joueur, alors que son coéquipier Sékou Konaté assure que l’équipe est prête à en découdre avec le Horoya. «Nous connaissons le Horoya, c’est une grande équipe. L’année dernière a été une catastrophe pour le Stade malien. Inch Allah, on montrera un autre visage cette année, c’est promis», a dit le milieu de terrain.

Les joueurs de Horoya AC sont à Bamako depuis mercredi matin. Dans l’après midi, ils se sont entraînés à Djicoroni-Para sur le terrain d’entraînement du Réal. Hier, les Guinéens étaient au stade Mamadou Konaté et aujourd’hui, ce sera la traditionnelle reconnaissance du terrain au stade Modibo Keïta.

Les joueurs du Horoya sont venus avec l’ambition de faire un bon résultat à Bamako, avant de recevoir les Blancs à Conakry. «Aller de l’avant en C1, c’est un objectif et ce qu’on a pu faire pendant la préparation, c’est ce qu’on va mettre en place au Mali. Ce n’est pas un match facile, mais c’est à nous d’être costauds», a confié l’international burkinabé du club, Dramane Nikiema. Il ajoutera : «Oui, le groupe est très motivé, tout le monde est concentré sur ce match. Notre objectif est d’obtenir un bon résultat à Bamako. Les recrues sont bien arrivées, ça pourrait nous aider, surtout Aristide Bancé. Mais les autres ont aussi des qualités qui vont nous aider à aller de l’avant cette saison».

à l’instar de son compatriote, Aristide Bancé se réjouit des conditions dans lesquelles l’équipe s’est préparée et affiche sa confiance pour la suite des événements. «On s’est bien préparé lors du stage, les entraîneurs ont fait le maximum pour nous mettre dans de bonnes conditions. Maintenant, c’est à nous d’aller montrer ça au Mali. Réellement on a envie de gagner, je pense qu’on part pour chercher un bon résultat», a appuyé l’international burkinabé qui a débarqué en Guinée il y a quelques mois, en provenance du Stade d’Abidjan (Côte d’Ivoire).

Ladji M. DIABY

Source : L’ESSOR

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

L'armée est la VAR de la révolution (rediffusion)

15 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

 [Vos réactions] La Libre Antenne

16 Août

© Dépêches du Mali 2012 - 2019