Mardi 19 Février 2019
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

CAN U20 : L’HEURE DE LA VÉRITÉ POUR LES AIGLONS

Troisième du classement, à égalité de points (3) avec le Ghana, mais avec une différence de but inférieure, la sélection nationale junior est condamnée à gagner, demain face aux Black satellites pour se qualifier pour les demi-finales.

L’autre match de la poule opposera le Sénégal, déjà qualifié et le Burkina Faso, déjà éliminé

Ghana-Mali, c’est la «finale» de la poule B de la CAN U20, Niger 2019. En effet, le vainqueur de ce choc 100% ouest-africain décrochera le deuxième ticket qualificatif pour les demi-finales de la compétition, synonyme également de qualification pour le prochain Mondial de la catégorie, prévu cette année en Pologne. L’enjeu est donc double pour les deux sélections qui tenteront de rejoindre le Sénégal, déjà assuré d’une place dans le dernier carré et qualifié pour la Coupe du monde.

Après deux journées de débats, Maliens et Ghanéens affichent, chacun, trois points au compteur, mais la sélection ghanéenne dispose d’une meilleure différence de but pour avoir marqué 2 buts, contre 1 pour les Aiglons. Le Ghana est bien entré dans la compétition, en battant 2-0 le Burkina Faso, avant de perdre sur le même score, face au Sénégal, lors de la 2è journée.

Les Aiglons eux, ont chuté d’entrée contre le Sénégal (0-2), mais se sont bien rachetés lors de la deuxième journée, en dominant le Burkina Faso par la plus petite des marges (1-0). Pour cette troisième et dernière journée de la phase de poules, les choses sont donc très claires pour les Aiglons : ils doivent impérativement battre les Black satellites pour aller en demi-finale et décrocher le précieux sésame de la Coupe du monde.

Tout autre résultat sera synonyme d’élimination pour le Mali. Le sélectionneur Mamoutou Kané «Mourlé» et ses hommes ont donc leur destin en main et savent ce qui les attend dans cette confrontation avec le Ghana, demain à Niamey. «Nous allons jeter toutes nos forces dans ce dernier match de poules pour atteindre notre objectif qui est de jouer les cinq matches de la compétition», promet le sélectionneur national, Mamoutou Kané «Mourlé». «Nous allons essayer de récupérer pour bien aborder le match contre le Ghana. Le match sera difficile. Les joueurs ghanéens sont physiquement costauds. Nous allons essayer de jouer avec nos forces et tenté de profiter des faiblesses de l’équipe adverse», a ajouté le technicien malien.

Du côté ghanéen également, le sélectionneur Jimmy James Corbblah est déterminé à gagner et ne jure que par la victoire. «Nous avons perdu une bataille. Nous allons nous reprendre pour bien aborder le 3è match», a-t-il déclaré après la défaite de ses joueurs contre le Sénégal. «Certes, il n’y a pas de championnat au Ghana mais nous sommes là pour jouer. Je suis sûr que nous allons nous qualifier pour les demi-finales», a répété Jimmy James Corbblah.

Mercredi, le Sénégal est devenu la première sélection à se qualifier pour les demi-finales, après sa victoire 2-0 contre le Ghana. Finaliste malheureux des deux dernières éditions, le Sénégal a donc fait honneur à son statut de favori du groupe B. Auteur d’un doublé (11è min, 45è min), l’attaquant Youssouph Badji, a été le grand artisan du succès des siens face aux Black satellites. Désormais, le Sénégal compte 3 points d’avance sur le Ghana et le Mali et les protégés de Youssouph Dabo sont sûrs de terminer à l’une des deux premières places de la poule, quel que soit le résultat de leur dernier match de poules contre le Burkina Faso déjà hors course.

Dans le groupe A, c’est également la journée de la vérité pour les quatre pays. L’hôte du tournoi, le Niger en découdra avec le Nigeria, aujourd’hui à Niamey à partir de 15h30 et à la même heure à Maradi, l’Afrique du Sud sera opposée au Burundi. Lors de la 2è journée, les deux matches se sont soldés par des résultats nuls et tout reste encore possible dans la course à la qualification. Le Niger a mené 3-1 devant le Burundi, avant de laisser filer la victoire en concédant deux buts (3-3).

Dans l’autre rencontre, l’Afrique du Sud et le Nigeria se sont également neutralisés (0-0). Résultat : les Flying Eagles (surnom de la sélection nigériane, ndlr) sont premiers au classement, avec 4 points, devant le Mena national (2 points), les Amajita d’Afrique du Sud (2 points) et les Hirondelles du Burundi (1 point). Aucune sélection n’est éliminée et personne n’est encore qualifié. Pour le moment, c’est le Nigeria qui est en ballottage favorable, puisqu’un nul suffit aux Flying Eagles pour valider leur ticket.

L’Afrique du Sud peut également se contenter d’un partage des points, mais à condition que le Nigeria l’emporte devant le Niger. Quadrature du cercle, les Nigériens sont condamnés à gagner face aux Flying Eagles pour être sûrs de terminer à l’une des deux places qualificatives. C’est ouvert et bien malin est celui qui pourra trouver le nom des deux heureux élus.

Envoyés spéciaux

Ladji M. DIABY

Morimakan COULIBALY

 

Aujourd’hui à Niamey

15h30 : Niger-Nigeria à Maradi

15h30 : Afrique du Sud-Burundi

Samedi 9 février à Niamey

15h30 : Mali-Ghana à Maradi

15h30 : Sénégal-Burkina Faso

LES AIGLONS RETROUVENT

LE SOURIRE ET LA CONFIANCE

«Après la défaite de la première journée contre le Sénégal (0-2), ambiance était morose au sein du groupe. On s’est parlé entre nous et on a dit qu’il faut tout faire pour gagner contre le Burkina Faso, lors de la deuxième journée. Nous avons gagné et tout le monde a retrouvé le sourire». Cette déclaration de l’ailier droit de la sélection nationale junior, Hadji Dramé, résume parfaitement le soulagement des Aiglons après leur court mais précieux succès contre le Burkina Faso.

Après le match, les joueurs ont passé de longues minutes sur la pelouse à se congratuler et à faire des prières pour l’équipe pour la suite des événements. Certes, les Aiglons ont évité de tomber dans l’euphorie et ont eu le triomphe modeste, mais ils ont quand même fêté ce moment de bonheur et on sentait une légitime fierté chez les protégés du sélectionneur national, Mamoutou Kané «Mourlé» «Nous sommes heureux mais, ce n’est pas le moment de danser. Nous n’avons pas encore atteint notre premier objectif qui est la qualification pour les demi-finales et l’équipe doit rester concentrée sur le sujet», a ainsi déclaré Hadji Dramé après le match.

Le nouveau capitaine de la sélection, Clément Boubacar Kanouté affiche également son optimisme. «S’il plait à Dieu, le Mali sera en demi-finales. Je demande à toutes les Maliennes et à tous les Maliens de continuer à soutenir et croire en l’équipe. On fera tout pour ne pas les décevoir», a lancé le joueur.

Le gardien Youssouf Koïta abondera dans le même sens, en insistant sur la nécessité de rester concentré sur le sujet. «Nous sommes très contents, mais le boulot n’est pas encore terminé, loin s’en faut. Le plus dur est à venir», dira celui qui joue le rôle d’animateur du groupe. «Après la défaite de la première journée, renchérira-t-il, nous nous sommes dit que nous ne devrions plus commettre d’erreurs.

La victoire était impérative contre le Burkina Faso. Nous avons fait le job, Dieu merci. C’est une belle opération qu’il faut confirmer lors de la troisième journée».  La nouvelle recrue de Gérone (Espagne) qui a été l’un des grands artisans du succès des Aiglons complètera : «Les deux pays (le Mali et le Burkina Faso, ndlr) ont perdu lors de la première journée et n’avaient plus droit au faux pas. Nous avons bien préparé le match et nous avons été efficaces. Nous avons évité les erreurs commises lors de la première journée».

Pour Youssouf Koïta, il n y a plus de calculs à faire : la victoire est le seul mot d’ordre contre le Ghana. «Nous ne faisons plus de calculs, nous irons chercher la victoire contre le Ghana pour décrocher la qualification pour les demi-finales», a martelé l’international junior qui a été encensé par le sélectionneur national, Mourlé après sa belle prestation face à la sélection du Faso. «Youssouf a été irréprochable contre le Burkina Faso, il a porté l’équipe de bout en bout.

Tous les joueurs se sont battus et ont été solidaires sur la pelouse, mais Youssouf a été le grand bonhomme de la rencontre», a dit le technicien malien en conférence de presse. Les Aiglons ont quitté Maradi hier pour Niamey où se disputera le choc avec le Ghana pour une place en demi-finales et à la Coupe du monde.

L.M.D.

M.C.

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

« Prix Oumar Diallo » 3e édition

Presse (écrite/numérique) et radio

Termes de référence du concours – Modalités générales

Lire la suite

Blog

Le Pape François à Abou Dhabi : « Non à la guerre, aux extrémismes et à l’utilisation du Nom de Dieu pour tuer ».

Le pape venait de prononcer son discours d’Abou Dhabi pour le sommet interreligieux pour la paix qu’il a conclu par la signature d’une « Déclaration sur la Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune » dans laquelle il est aussi question de liberté et de la dignité de la femme et des enfants.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Redevenir opposant historique

18 Février 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Libye : que reste-t-il de la révolution de 2011 ?

18 Février

© Dépêches du Mali 2012 - 2019