Jeudi 25 Avril 2019
Bannière SWED

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Stade de Maradi : LE CHEVEU DANS LA SOUPE

Dans une interview accordée à la presse locale avant le coup d’envoi de la CAN, le président de la Fédération nigérienne de football (FENIFOOT), colonel Djibril Hima Hamidou avait déclaré que tout est fin prêt et que le Niger a hâte de démarrer la 21è édition de la CAN U20.

«Cela sera une fête africaine pendant quinze jours. Tous les moyens ont été mobilisés pour que les travaux demandés par la Confédération africaine de football soient réalisés dans les normes. Cela concerne la réfection des stades et la réalisation de deux terrains d’entraînement sur le deuxième site à Maradi», avait ajouté le dirigeant nigérien.

Ce qui s’est produit, dimanche à Maradi prouve, malheureusement, le contraire des déclarations faites par le président de la FENIFOOT. En effet, le deuxième match du groupe B, Ghana-Burkina Faso qui était initialement prévu, dimanche en deuxième heure au stade de Maradi a été reporté de 24h, tout simplement parce qu’il n y a pas suffisamment de lumière sur le site. En clair, le site de Maradi n’est pas prêt pour accueillir les matches de la poule B, notamment les rencontres nocturnes et les observateurs se demandent à quoi ont servi les différentes visites d’inspection effectuées au Niger par les «grands» experts de la CAF. Comme le président de la FENIFOOT, les experts ont également assuré que les deux stades sont prêts pour accueillir la CAN, alors que les travaux du stade de Maradi ne sont pas terminés.

Depuis dimanche, les techniciens de la société nigérienne de l’électricité (NIGELEC) sont à pied d’œuvre et tentent de réussir là où la société privée d’électricité a échoué. «Nous sommes venus de Niamey pour résoudre le problème. Nous espérons réussir pour éviter aux enfants de jouer sous le soleil», a expliqué un technicien de la NIGELEC. «Il y a plusieurs problèmes, il y a 40 ampoules de 1000kw à chaque poteau. Les techniciens de la CAF estiment qu’il faut des ampoules de 2000kw», a indiqué notre interlocuteur. «En plus, a-t-il poursuivi, les ampoules ne sont pas penchant vers la pelouse. Il y a également un problème de bobines, de capa, bref, les équipements qui permettent de projeter la lumière sur le terrain sont faibles. Nous sommes en train de travailler. Nous espérons que ça ira», complètera le technicien.

Certains Nigériens pointent du doigt la commission d’organisation de la CAN. «Ils ont confié à une société privée qui n’a pas pu effectuer le travail. Depuis des années, nous savons que nous allons abriter la compétition. Nous devrions être prêts. Lors de la première visite d’inspection, la commission a tout fait pour que les visiteurs de la CAF ne viennent pas à Maradi. Lors de la deuxième visite, les membres de la CAF ont constaté des retards dans les travaux mais la commission d’organisation a donné des garanties et affirmé que tout sera prêt avant le jour J. Voilà le résultat», a critiqué un supporter.

Le stade régional de Maradi a été crée dans les années 1970. L’enceinte a une capacité d’accueil de 10.000 places et abrite les matches des 8 clubs de la région qui évoluent en première division nigérienne. Le stade a été rénové en 2016, lors de la fête nationale du Niger, avec la pause du gazon synthétique. «Les poteaux et les ampoules existaient avant la CAN mais nous ne les utilisions pas parce qu’il n’y a pas de matches nocturnes ici», a indiqué Sani Saley l’entraîneur du FC Jangorzo, l’un des clubs de la région. Suite à ce problème d’électricité, la CAF a été contrainte de réaménager le calendrier des matches de la poule B. Ainsi, lors de la deuxième journée, prévue demain, le premier match Mali-Burkina Faso se disputera à partir de 13h 30 au lieu de 15h 30, alors que le coup d’envoi de la rencontre Sénégal-Ghana sera donné à 15h30. Quand on sait qu’il fait, actuellement 30°C au Niger…

L.M.D.

M.C.

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

UNESCO : Les journalistes de Reuters, Wa Lone et Kyaw Soe Oo, lauréats du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2019

Les journalistes du Myanmar Kyaw Soe Oo et Wa Lone sont les lauréats conjoints 2019 du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano, après recommandation par un jury international de professionnels des médias.

Lire la suite

Blog

Je suis dogon mais pas un génocidaire*

Ici c’est chez moi

Mes ancêtres sont venus de loin.

Du lointain Mandé, ils sont venus jusqu’ici.

Ils ne recherchaient pas de terres.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Prénom : Communauté, nom : Internationale

24 Avril 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] RDC : toujours dans l’attente d’un gouvernement

24 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2019